Bouleversement des comportements d’achat : le eCommerce, l’habitude numéro un de demain ?

20 mars 2020

Bouleversement des comportements d’achat : le eCommerce, l’habitude numéro un de demain ?


Corps médical, commerce, citoyens : la crise transforme l’état d’esprit général.

Cette situation exceptionnelle oblige à penser autrement.

Qui n’a pas vu l’afflux de publications sur les réseaux sociaux parlant de retour au sources, de retrouver du temps considéré comme perdu, de se recentrer sur les personnes que l’on aime.

Mais qui n’a pas vu également les messages de détresse des commerçants ayant dû fermer, s’inquiétant du manque à gagner et des conséquences post-covid-19. Des commerçants à l’arrêt, qui ont peur pour leur économie et l’économie générale malgré les promesses de l’Etat.

Économie : Alors que le commerce traditionnel souffre, le eCommerce explose.

En parallèle une autre information fait surface : la constatation de la hausse incroyable de l’utilisation de la vente en ligne. Ce eCommerce, longtemps décrié car il tuait des emplois et réduisait drastiquement les relations humaines, est aujourd’hui vu comme salvateur pour les entreprises, un maintien de l’activité commerciale et donc, des sociétés qui l’utilisent. En trois jours seulement, il bat des records. Ironie du sort ? Ce changement soudain s’explique pourtant facilement : En pratique, la population Française (ainsi que de nombreux pays européens) est cloîtrée chez elle à cause du coronavirus. Son seul contact avec le monde extérieur ? Internet. Les opérateurs se retrouvent également face à une hausse d’utilisation si énorme qu’ils travaillent d’arrache-pied pour éviter une coupure partielle de leur système.

Outre les divertissements en tout genre et une connexion avec les informations en temps réel dans le monde entier 24h/24, ce World Wide Web permet aux citoyens d’acheter. Ces acheteurs se fournissent sur les grandes plateformes, telles qu’Amazon, ayant dû embaucher en urgence environ 100.000 personnes pour continuer de fonctionner normalement, et augmenter la paie de ses salariés pour les récompenser de cet effort considérable demandé par la crise actuelle. Mais les plus petites boutiques de vente en ligne sont également impactées. De l’alimentaire, à des produits spécifiques, ou bien de permettre aux entreprises qui fonctionnent encore de continuer à tourner : approvisionnement, fourniture, gestion des stocks etc. Les enjeux du BtoB comme du BtoC se retrouvent propulsés en première ligne.

« Tant que les sociétés de livraison continuent de livrer la marchandise à nos clients, nous pouvons tout à fait continuer de proposer nos produits à la vente en ligne. » souligne Laurent, CEO de l’entreprise TECPLAST, fabricant et Importateur de bâches et sacs à Challes les Eaux et fournissant plus de 50.000 clients dont 6000 professionnels. Grâce au stock achetable directement en ligne, les magasins peuvent continuer à générer du chiffre d’affaire en limitant les contacts humains comme demandé pour ces prochaines semaines.

Une égalité entre les entreprises avec le eCommerce ?

S’en sort alors une interrogation valable : certains disent que les géants du web s’en frottent les mains au profit des commerçants de quartier qui ne se relèveront jamais de cette crise. Quid ?
Mais il n’y a pas QUE les géants du web qui vivent sur internet ! Le eCommerce est présent dans de nombreuses boutiques, même des boutiques de proximité. Notons la pluspart des magasins de proximité bio par exemple, qui vous permettent de faire vos courses en ligne, certaines boulangeries qui vous proposent de réserver votre pain derrière un écran afin de ne pas dévaliser les étales en achetant 30 baguettes d’un coup et en créant une pénurie pour les clients derrière vous. Bref, le eCommerce est accessible pour TOUS les commerçants, à condition d’être quelque peu organisé.

Un changement de comportement profond pour l’après-crise Covid-19 ?

Si le système reste fragile étant donné cette situation soudaine à laquelle personne n’était préparé, ce modèle de vente est le seul qui fonctionne encore presque normalement. Ce qui soulève une interrogation : comment cela fonctionne-t-il ? Cette crise sanitaire va-t-elle profondément changé les comportements d’achat et permettre de favoriser définitivement le eCommerce par rapport au commerce traditionnel ? L’après crise sera t elle décisive concernant les comportements d’achats des citoyens ?

Certaines entreprises, momentanément à l’arrêt ou particulièrement au ralenti, affaiblies par cette crise, se voient déjà créer une présence future sur le Web :

“On ne sait pas de quoi sera fait demain, il faut savoir s’adapter vite, avec son temps et les comportements d’achat actuels et futurs de ses clients. En tant qu’ indépendants, si nous voulons survivre, nous devons nous adapter, pas le choix. C’est sûr, en ces temps de crise, les gens ne devraient commander en ligne que ce dont ils ont réellement besoin, car ils exposent les livreurs et les préparateurs de leur colis. Mais pour l’après, ils garderont peut être cette nouvelle habitude de passer directement par internet… C’est pour ça que l’on s’est dit qu’il serait peut être bien d’avoir un site.” confie Brigitte, gérante d’une boutique de proximité à Annecy-le-vieux.

Vendre en ligne, en pratique, qu’est ce que cela implique ?

En tant qu’Agence Web, nous avons eu, ces derniers jours, beaucoup de demandes concernant l’élaboration d’un site eCommerce, comment cela se passe-t-il, combien cela peut-il coûter, quelle organisation au sein de la société cela demande-t-il…
Nous répondons bien évidemment à toutes vos questions, pour tout type d’entreprise. Vous pouvez nous écrire à l’adresse contact@asdoria.com. Mais nous avons également, depuis toujours, une page qui serait aussi susceptible de répondre à quelques unes de vos questions concernant le eCommerce, c’est pourquoi, nous vous invitons aujourd’hui à la lire, si elle peut vous rendre service et élucider quelques-unes de vos interrogations.

Que ce soit pour de simples demandes, des conseils, toute l’équipe est encore opérationnelle, mais depuis la maison. Vous pouvez nous contacter via le mail ci-dessus, ou bien sur les réseaux. Nous continuons également, pour nos clients actuels de maintenir à jour vos bases de données, d’entretenir vos sites en gérant la maintenance normalement.

Prenez soin de vous, et restez chez vous.