Author archives: Julie Sébille

Dropshipping : comment ça marche ?

Avez-vous déjà entendu parlé du dropshipping ? Une méthode de vente pourtant utilisée depuis des années qui fait parler d’elle notamment sur les réseaux sociaux et les marketplace. Le dropshipping consiste à expédier vos produits directement depuis les entrepôts de votre fournisseur à vos clients. Dans quel cas utiliser le dropshipping ? Pour quel type de business ? Quels sont ses points forts et ses faiblesses ? Décryptage.

Le dropshipping, la méthode de vente tendance

En tant qu’experts e-commerce depuis plus de 12 ans, nous connaissons et avons expérimenté une bonne partie des méthodes de vente en ligne. De la méga-boutique en ligne multi-produits et multi-catégories, au site e-commerce mono-produit ultra spécifique, nous en avons vu sous toutes les formes !
De plus en plus de personnes souhaitant se lancer dans le e-commerce se voient particulièrement intriguées par le dropshipping, réputé pour être un bon moyen pour commencer dans la vente en ligne. Souvent vantée comme la méthode ultime en tant que particulier pour se faire un business supplémentaire, le dropshipping est une méthode de vente sérieuse utilisée également par les professionnels souhaitant diminuer ou supprimer complètement leur(s) entrepôt(s) de stockage ou libérer de l’espace pour gagner des parts de marché avec d’autres typologies de produits.

Et oui, le dropshipping a la particularité de supprimer la partie “stockage” dans votre chaîne de distribution. Le client vous commande des produits, que vous commandez à votre tour à votre fournisseur, qui les expédie directement à votre client.

Économisez vos coûts avec le dropshipping

Votre fournisseur gère ainsi pour vous toute la logistique de ces produits ainsi que l’envoi au destinataire. Vous pouvez ainsi vous concentrer sur l’aspect premier de la vente : le commercial.

Avoir un site marchand est une chose, mais le faire fonctionner efficacement et vendre ses produits dégageant une marge nécessaire au bon fonctionnement de votre entreprise en est une autre : avec le dropshipping, vous pouvez vous concentrer sur la vente de vos produits sans vous soucier de la logistique, de la gestion des stocks, des bons de livraison et de la préparation des colis. Une bonne méthode pour économiser sur ces coûts et gagner en efficacité sur votre stratégie de communication par exemple.

Conservez le contrôle de vos conditions de vente

L’avantage avec le dropshipping, c’est que vous n’avez pas besoin d’espace de stockage, donc. Vous êtes tout de même toujours garant du service après vente et de sa gestion, en cas de litige avec votre client, pour un produit accidentellement défectueux ou une erreur d’envoi, etc. Vous économisez le stockage coûteux sans perdre le contrôle sur les conditions de vente de votre produit.

✔️Autre point positif : votre produit ne subit pas plusieurs acheminements entre le fournisseur et vous-même avant d’arriver au client final. Il ne subit qu’une seule étape de transport entre le fournisseur et votre client.

Fournisseur en dropshipping : un lien de confiance

Attention, le dropshipping peut également avoir ses contreparties ! Dans un premier temps, il est primordial d’avoir un fournisseur de confiance. Un fournisseur qui gère mal ses stocks, qui n’est pas organisé dans sa logistique peut rapidement vous faire perdre en crédibilité auprès de vos clients : retards de livraison, défaut de stocks, annulation des commandes.
Il vous faut un lien fort avec votre fournisseur. Dans le cas contraire, un manque de communication pourrait générer une baisse de qualité de vos services directs envers votre client final, qui ne peut pas savoir ni comprendre que vos produits sont expédiés directement depuis l’entrepôt de votre fournisseur.

Le dropshipping incombe à une certaine dépendance envers votre fournisseur

Deuxième point à relever, les frais de livraison de votre fournisseur peuvent s’avérer élevés en fonction de ses prestations. Votre économie sur le stockage des produits peut ainsi être compensée par les frais de livraison. Attention donc à étudier l’intégralité des offres de votre fournisseur.

Enfin, vous restez dépendant de la production du fournisseur : s’il se retrouve en rupture de stock sur l’un de vos produits phrases, ou pire, s’il stoppe la production de ce produit, vous serez le premier à en pâtir. De même, le fournisseur reste libre de modifier le prix de vente de ses produits, ce qui peut avoir un impact non-négligeable sur vos prix de vente, votre positionnement sur le marché selon votre stratégie de vente etc.

Le dropshipping et les marketplace

Les places de marché telles qu’Amazon ou Cdiscount ont basé l’essence même de leur business sur le dropshipping : vous pouvez proposer vos produits en vente sur ces marketplace sans qu’elles ne possèdent le stock de ces produits (désormais, c’est possible avec le fulfillment. Vous vendez déjà sur les marketplace ? Découvrez de nouvelles méthodes de vente sur les places de marché grâce au fulfillment ou le statut Vendor d’Amazon.)

 

Pour résumer les aspects positifs et négatifs du dropshipping :

➡️ Le dropshipping n’inclut que trois étapes : vous proposez des produits du catalogue de votre fournisseur dont vous fixez le prix. Votre client vous commande le produit, vous transférez votre commande au fournisseur qui prépare et expédie le colis.
➡️ Une solution simple pour s’exonérer de la gestion coûteuse des stocks et de la logistique tout en conservant le contrôle sur les conditions de vente de votre produit ainsi que sur le service après vente.
➡️ Le dropshipping s’avère efficace avec une bonne stratégie de communication et un bon partenariat avec votre fournisseur afin de ne pas être décrédibilisé auprès de vos clients en cas de rupture de stock ou mauvaise gestion de la logistique. Attention, étudiez les frais de livraison de votre fournisseur qui se répercutent sur votre stratégie de prix.

Une bonne méthode pour commencer un business qui peut s’avérer très puissante avec une bonne stratégie digitale et commerciale !

Asdoria, l’Agence Web e-commerce à vos côtés

Vous avez besoin davantage de conseil pour votre stratégie commerciale et webmarketing ?
Chez Asdoria, quelles que soient vos méthodes de vente, nous maîtrisons toute la chaîne du e-Commerce depuis plus de douze ans. Rencontrons-nous et discutons de votre projet ensemble.

Posted by Julie Sébille

CESYO : Bilan sur l’optimisation ADV de la société Proweltek

Vous le savez, notre passion pour le e-commerce et l’innovation nous pousse à trouver des solutions toujours plus performantes pour nos clients.
Nous vous avons présenté avec fierté il y a quelques mois sur nos réseaux sociaux, la sortie de notre logiciel CESYO, après des mois de Recherches et Développements. Pourquoi CESYO ? Cesyo Easily Speeds Your Orders. Autrement dit, CESYO est un logiciel de traitement automatique de tous vos flux de commandes web, quelles que soient vos plateformes de vente. Aujourd’hui, nous avons le plaisir de partager avec vous le retour d’expérience concret de l’entreprise PROWELTEK, fondée et dirigée par Mr. Jorge Antunes, en Savoie.

CESYO : l’expérience du e-commerce au profil du traitement automatique de vos commandes

Remettons tout d’abord CESYO dans son contexte. Grâce à notre expérience acquise ces douze dernières années dans les projets e-commerce de nos différents clients, nous avons repéré l’une des préoccupations premières des chefs d’entreprise et de leurs équipes ADV (Administration Des Ventes) : la tâche chronophage et à peu de valeur ajoutée du traitement des commandes web. Une succession de copiés/collés et de vérification de données fastidieuses. Et lorsque que les ventes tournent à plein régime, elles génèrent une accumulation stressante de commandes à traiter, pouvant engendrer des erreurs d’inattention, des clients mécontents, une équipe sous tension.

Gagnez du temps avec le logiciel intelligent qui capte toutes vos commandes web

Vous vendez vos produits sur différentes plateformes de vente telles que les marketplaces, ou vos propres sites marchands ? CESYO est la solution qui se connecte à tous ces espaces de ventes pour récupérer vos commandes, les centraliser automatiquement dans votre ERP. Mais ce n’est pas tout. CESYO classe chronologiquement les factures (au plus grand bonheur de la comptabilité), les renomme (on sait tous que la dénomination des produits varie en fonction des marketplace !), les vérifie, vous informe automatiquement de toute anomalie détectée. Il met également à jour vos stocks en temps réel et sur tous vos espaces de vente.

Résultat ? L’équipe ADV gagne du temps pour des tâches bien plus intéressantes, pour prendre le temps de répondre aux clients, ou de se concentrer sur des cas problématiques demandant du temps.

Retour d’expérience après un an d’utilisation de CESYO

Les retours pratiques sont bien plus riches que les retours théoriques… C’est alors avec beaucoup d’émotion que nous partageons avec vous le retour d’expérience de la première entreprise qui a vu en CESYO une solution pérenne pour son équipe, PROWELTEK, à travers son dirigeant et fondateur, Jorge Antunes.

Proweltek, une entreprise à taille humaine, aux ambitions internationales

Proweltek, distributeur d’une large gamme de produits à destination des professionnels tout comme des particuliers, ne cesse de gagner des parts de marché depuis ces 4 dernières années à travers ses différents sites de vente en ligne. De nouvelles personnes sont venues étoffer l’équipe ADV de l’entreprise. Au vu de la saisonnalité de certaines ventes et de l’explosion de commandes certains week-end, l’entreprise a donc envisagé d’améliorer la qualité de son service d’administration des ventes en le dotant d’un logiciel pouvant faciliter le quotidien de son équipe : l’objectif ? Lui éviter les tâches fastidieuses et chronophages tout en améliorant sa rapidité d’exécution et sa performance de traitement des commandes.

Site vitrine Proweltek

Un cahier des charges complet pour une demande de développement sur-mesure

C’est ainsi que CESYO est entré en compte. Après l’élaboration d’un cahier des charges très complet, adapté aux besoins de l’entreprise, nous avons procédé au déploiement du socle commun. S’en est suivi le développement sur-mesure du logiciel, pour une adaptation la plus précise possible aux méthodes de travail de l’équipe ADV de l’entreprise, comme le souhaitait son dirigeant.

Aujourd’hui, Jorge Antunes nous livre son retour d’expérience, quasiment un an après l’installation de CESYO, pour automatiser le traitement du flux des commandes web de l’entreprise et de ses sites de vente en ligne.

Témoignage

« Nous avons opté pour CESYO suite à la progression constante de nos ventes sur les canaux digitaux. Ce qui nous a séduits, c’est l’installation de ce logiciel complètement personnalisée par un spécialiste plongé à 100 % dans notre projet. Nous avons eu un cahier des charges complet, l’équipe de CESYO a fait attention à prendre un maximum d’informations sur notre entreprise et nos méthodes de travail pour pouvoir les transformer en un « avion de chasse ». »

Jorge Antunes, CEO de Proweltek.

CESYO, la rapidité et l’efficacité dans le traitement de nos commandes web

« Aujourd’hui, nous avons gagné en rapidité et en efficacité pour la livraison client ! Ce qui nous fait également gagner en crédibilité auprès de nos consommateurs.
À l’époque, pour traiter 400 commandes accumulées pendant le week-end le lundi, l’équipe de 4 personnes avait besoin de 3 jours. Aujourd’hui, elle finit de traiter ces 400 commandes facilement le lundi soir, avec une personne en moins. Lors du confinement de mars 2020, nous avons vécu une augmentation du nombre de nos commandes x 4. L’équipe devait traiter une moyenne de 500 commandes par jour. Nous avons même atteint un pic de 1500 commandes en un seul week-end ! Elles ont pu être traitées à temps par notre équipe, sans surchauffe. Situation qui aurait pu semer le chaos dans l’entreprise sans CESYO. »

« Grâce à CESYO, nous sommes passés d’un mode Start-up à un mode industriel »

« Ce que l’équipe ADV relève concrètement : CESYO permet de traiter les commandes beaucoup plus rapidement, en diminuant considérablement le nombre de clics. Il fait gagner du temps sur du travail fastidieux : la vigilance pour vérifier les informations du produit, son prix, l’adresse client, l’adresse de livraison conformes. La personne qui traite la commande doit désormais juste vérifier en un clin d’œil si CESYO n’a pas relevé d’anomalie. Concrètement, le temps de traitement d’une commande est passé de 5 minutes à moins d’une minute. Vous imaginez la baisse de lassitude et du stress ! »

L’avantage de CESYO : Un outil fiable et un suivi sérieux

« Ce que nous apprécions également, c’est sa fiabilité. Non seulement l’équipe qui a installé CESYO a vraiment pris soin de l’adapter à notre société, mais en plus, nous n’avons quasiment pas de dysfonctionnement. Aujourd’hui, sans CESYO l’équipe ADV serait constituée de 6 personnes. Avec CESYO, elles sont 3. L’équipe peut encore supporter 10 à 20 % de commandes de plus, mais nous envisageons un prochain recrutement, car l’augmentation des ventes est croissante.
À ce rythme-là, nous estimons un amortissement de CESYO sur 2 ans. Du service, à l’installation, à l’essence même de cet outil, à la réduction de la pénibilité du travail sur les tâches sans valeur ajoutée, nous sommes vraiment satisfaits d’avoir investi dans cet outil. »

Vous aussi, vous souhaitez automatiser le traitement de vos commandes web en vous armant d’un outil efficace, utile, fiable, rapide, qui facilite le quotidien de vos équipes, qui vous fait gagner en crédibilité, qui augmente votre bonne notation sur les places de marché, qui favorise une bonne satisfaction de votre clientèle ?
Vous pouvez retrouver l’intégralité des avantages de CESYO sur son site internet dédié, ou sur nos réseaux sociaux.
Vous êtes plutôt factuel ? N’hésitez pas, réclamez la démo gratuite de CESYO.
Vous préférez échanger de vive voix ? Nous sommes joignables du lundi au jeudi de 8 h 30  -12 h à 13 h 30 – 18h et le vendredi de 9 h à 12 h : 04 58 14 09 90
Prenons rendez-vous et discutons de vos besoins et de vos projets web, e-commerce.

Asdoria, votre Agence Web Business Accélérateur en Savoie et partout en France.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux :

ASDORIA

ASDORIA

ASDORIA

CESYO

Posted by Julie Sébille

Responsable Marketing Digital : Exacerber la puissance du e-Commerce

Être une Agence Digitale ne se cantonne pas au « simple » fait de créer des sites. C’est aussi connaître les méthodes, les stratégies, les comportements des internautes pour créer des sites marchands ou vitrine, mais avant tout des sites qui fonctionnent. Et c’est là toute la subtilité.
Nous vous parlons souvent de la technicité nécessaire pour pouvoir s’assurer d’une bonne performance. C’est vrai. Le Web Marketing est là pour animer votre site de manière stratégique. Déployer votre visibilité, être à l’affût de vos méthodes de vente, s’assurer d’une bonne rentabilité de votre e-commerce et vérifier qu’aucune anomalie n’interfère avec le bon fonctionnement des ventes.

C’est le rôle de Xavier, au sein de l’Agence. Sa mission ? Gérer l’intégralité du Marketing Digital de l’un de nos clients réalisant plus de 4.5 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel en n’utilisant que le canal digital. Découvrez sa vision du Web Marketing et de l’enjeu de ce poste au sein de votre entreprise :

En quoi consiste ton rôle de responsable Marketing Digital et e-commerce de l’un des clients de l’Agence ?

Bonne question, je vais essayer d’y répondre brièvement !
Tout d’abord, il est nécessaire de remettre les choses dans leur contexte. Aujourd’hui, le terme Web Marketing veut tout et rien dire. Tout dire, car tout le monde est dans une démarche marketing, chaque individu et chaque société. Rien dire, car il n’y a pas de règles bien précises qui « bornent » le métier, les techniques sont illimitées. Le Marketing c’est tout d’abord une culture, une manière de penser. C’est une démarche qui met en œuvre des moyens dans le but de réaliser un objectif rentable.

Rapprochons tout cela de notre métier et dans un contexte digital maintenant : le rôle du responsable Web Marketing est de définir une stratégie digitale, liée à des objectifs commerciaux, la contrôler, la faire évoluer et en mesurer les résultats. C’est un rôle extrêmement polyvalent. Prendre le rôle de RM en agence web pour le compte d’un client peut être complexe.

En général, le RM est déjà présent chez le client et c’est lui qui travaille ponctuellement avec une agence : relation client/prestataire.

L’externaliser chez une agence web, c’est la recette magique Asdoria. L’agence est par définition « à jour » voire en avance sur les technologies web.
En tant que « business accélérateur », c’est la promesse faite au client qui souhaite délocaliser son service Marketing chez Asdoria : un Web Marketing proche avec le client et qui a une avance concurrentielle du point de vue technique.

En tant qu’expert du Marketing Digital, quelles sont tes missions quotidiennes ?

Nous fonctionnerons par thème, prenons par exemple le thème le plus populaire « Prendre des parts de marché online » :

  • Générer du trafic dans une démarche de conversion et de ROI.
  • Mener des actions promotionnelles, étudier les ventes, segmenter un catalogue et définir des tarifs.
  • Gérer des boutiques en ligne : travailler sur des créations ou refontes, jouer sur des leviers pour maximiser les conversions…
  • Conquérir de nouveaux marchés : négocier avec de nouvelles marketplaces, créer des partenariats à l’étranger…
  • Et surtout « statistiquer », le RM se doit d’avoir son propre Dashboard.

Selon toi, les Marketplace seront un élément incontournable dans la stratégie de développement eCommerce des entreprises d’ici quelques années ?

Excellente question, merci de me la poser !
C’est déjà le cas. Incontournable oui, car la marketplace influence forcément n’importe quel business en ligne.
Une marketplace qu’est ce que c’est ? C’est un endroit du web à fort trafic où les marchands (au pluriel) proposent des produits (parfois les mêmes) à des acheteurs.
La concurrence étant rude, la marketplace tend à tirer les prix vers le bas, c’est donc à la fois un redoutable concurrent ainsi qu’un judicieux allié.

« Pourquoi acheter sur une boutique en ligne quelconque alors que la promesse Amazon est tellement forte ? »

Le prix marché, c’est Cdiscount qui le fixe aujourd’hui. Pour un e-Commerçant qui souhaite vendre une gamme de produits online, attention de réaliser un bench précis surtout sur les marketplaces. Une politique de prix plus élevés qu’Amazon est difficile à concevoir. Pourquoi acheter sur une boutique en ligne quelconque alors que la promesse Amazon est tellement forte ? Un prix au plus bas et une livraison le lendemain… Le e-commerçant doit se démarquer et proposer une promesse client forte : une garantie étendue, des délais de retours et échanges plus longs, des paiements différés, une appartenance à la marque

D’autre part, vendre sur Mano Mano c’est l’assurance d’être immédiatement exposé à des dizaines de milliers de clients potentiels. Et donc potentiellement de vendre très rapidement. Aujourd’hui la marque Bosch est présente en son nom propre sur Mano Mano et propose plusieurs gammes aux clients de la marketplace.
Quel est le but ? Renforcer la notoriété et la présence de la marque.

C’est un business model qui se réfléchit sérieusement, tant les objectifs sont multiples.

Pour toi, quelle est la mission la plus enrichissante et satisfaisante que tu as accomplie jusque-là ?

Vendre sur des marketplaces à l’étranger. Ça, c’est de la vraie conquête de part de marché ! La frontière peut parfois être mince entre commerce et marketing, mais réussir à faire référencer ses produits sur un nouvel axe de vente et en plus dans un pays différent, c’est une vraie satisfaction.
La volonté de s’internationaliser est toujours motivante, et ça nourrit une certaine ambition. C’est un peu comme une validation, le niveau 1 est terminé, on peut passer au niveau 2.

Quels sont tes outils webmarketing de prédilection ?

Il existe une multitude d’outils, pour gérer les projets, étudier le SEO, le trafic… Le rôle du RM c’est aussi de challenger et donc de proposer de nouveaux outils, de s’adapter ! Tout bouge très vite, le meilleur outil, c’est le suivant. Il y a bien sûr les incontournables statistiques Google pour le suivi de trafic, positionnement et comportement utilisateur. Au-delà de ça, le meilleur outil est un tableau de bord sur-mesure. Les décisions se prennent en fonction des chiffres : fréquentation, panier moyen, taux de ré-achat, marge… Chaque business est spécifique, un outil standard ne saura pas répondre aux besoins.

Et enfin, quel est ton aspect favori du métier ?

L’instantanéité !
C’est là, la force de l’agence, reposer sur des compétences multiples et variées pour une forte réactivité. Réactivité pour corriger des problèmes bien sûr, mais surtout pour le lancement de nouvelles opérations. Le « Time to market » est réduit au maximum et c’est ce que recherche un client (de l’agence) : une concertation sur le besoin, une conception réfléchie mais accessible et une mise en exécution rapide. Un résultat à la hausse dans un laps de temps toujours plus court, je pense que c’est ça « business accélérateur », non ?

*****

Et vous, sur quels canaux digitaux déployez-vous vos produits ? Comment élaborez-vous votre stratégie de marketing digital ? Besoin d’aide, un conseil ? Notre Agence réuni plus de 28 experts comme Xavier dans tous les domaines du web. Web Marketing, développement et programmation, référencement et rédaction, infrastructure web, graphisme et design, stratégie, consulting

Vous voulez-en savoir plus ? Suivez notre actualité sur les réseaux sociaux, ou prenez rendez-vous pour venir nous voir à l’Agence (dans le respect des règles sanitaires en vigueur évidemment) !

Posted by Julie Sébille

Qu’est-ce qu’un développeur full-stack ?

Parce que vous les avez aimées en 2020, nous revenons cette année avec nos interviews métiers. Le principe ? Vous faire découvrir le panel des compétences métiers qui se trouvent à l’Agence et qui se cachent derrière vos projets. Directeur Artistique, Responsable du Système d’Information, Intégrateur web, Développeur front-end, Traffic manager, Business incentive

Aujourd’hui, zoom sur un métier qui séduit de plus en plus la nouvelle génération et qui se trouve être indispensable au vu du fort taux de croissance de la digitalisation des entreprises : le développeur full-stack. Mais qu’est-ce qu’un développeur full-stack au juste ? Pas de panique, notre expert Sébastien vous explique tout :

Au sein de l’Agence et en tant que développeur full-stack, j’interviens sur la conception technique d’une application web et ensuite, je développe toute la partie invisible d’un projet informatique.

Pour bien commencer, qu’est-ce qu’un développeur full-stack ?

Sébastien : « Pour moi, le terme « full-stack » est un peu ambigu. Chaque développeur a sa propre définition du métier. Je me considère plus comme un développeur Back-end, qui fait de temps en temps du Front-end. Globalement, j’interviens sur la conception technique d’une application web et ensuite, je développe toute la partie invisible d’un projet informatique.
Pour faire une analogie avec le monde automobile, je construis le moteur de la voiture (c’est la partie Back-end), et je fais de temps en temps des retouches sur la carrosserie (partie Front-end).
Techniquement, je peux intervenir sur toutes les parties d’un projet, mais pour le Front, je laisse faire les experts du domaine ! Voilà ma définition du développeur full-stack. »

Quelles sont tes missions en tant que dev. full-stack au sein d’un projet ? À quel moment interviens-tu ?

S. : « Ce qui est assez satisfaisant, c’est l’on peut avoir une vision globale d’un projet de A à Z :

  • j’interviens quelques fois en phase d’avant vente, pour estimer la faisabilité et le coût d’un projet.
  • en phase de conception, j’apporte mon expertise technique pour aider à la réalisation du cahier des charges.
  • en phase de production : je développe le site et j’encadre les alternants et les stagiaires, voire les développeurs juniors.
  • et enfin après le projet : c’est une étape de formation du client sur leurs outils, la maintenance du site et de ses évolutions. »

Tu as certainement dû vivre des projets enrichissants !

S. : « Être développeur, c’est de base une profession qui évolue énormément et rapidement, donc forcément enrichissante. C’est pour moi un métier qui demande une envie d’apprendre importante, de la curiosité et donc une bonne autonomie alliée à de la rigueur et un bon sens de la logique. Tous les projets sont enrichissants, on apprend toujours quelque chose, une nouvelle situation, de nouvelles manières de créer. Par exemple, lors de mes débuts dans une autre société, j’ai été grandement formé (et marqué) par un projet demandant la maintenance d’une très grosse application dans le domaine du tourisme. Il y avait de nombreux bugs et malfaçons. C’était un projet assez technique dans une techno que je connaissais pas à l’époque (Drupal). C’était très compliqué, très dur, mais j’ai appris énormément de choses sur le e-commerce et la façon de faire une application e-commerce.

Mais il y a aussi les projets enrichissants car tout se déroule à merveille : lors d’un projet ASDORIA pour une société italienne, nous avons dû créer 2 applications web et les faire communiquer avec d’autres applications, des marketplaces, des ERP… C’était un projet très technique, avec beaucoup d’intervenants. Il y a eu une très bonne synergie d’équipe.

Une bonne équipe, un projet très technique, un client satisfait : comment avoir un meilleur projet ! »

Ce que je préfère dans le métier de développeur full-stack ? La création et la variété des domaines d’activité de nos clients.

Pour toi, quels sont les outils indispensables pour un développeur full-stack ?

S. : « Mes outils, ce sont clairement PhpStorm, Git, Firefox et le terminal Linux.

Mais selon moi, le plus important pour un développeur, c’est de maîtriser les concepts de développement (algorithmique, design pattern, etc.), et les langages de programmation/techno.

Cela dit, le plus important, et je me répète, c’est d’apprendre à apprendre, parce que notre métier évolue constamment et très vite. »

Quel est ton aspect favori du métier ?

S. : « Pour moi, c’est la création. J’adore concevoir et ensuite construire un outil/un site web. Au début, on part d’une idée et à la fin de la journée, on a un site web : on a construit quelque chose avec nos connaissances. C’est comme quand tu es enfant avec les briques Lego. Au début, tu as plein de pièces éparpillées un peu partout. À la fin, tu as construit une maison, un vaisseau spatial ou une voiture avec juste ton imagination !

Mais c’est aussi la variété des domaines d’activité de nos clients : un jour on va faire une application pour des concessions automobiles, un autre jour un site pour vendre des parquets, des pièces automobiles, des cigarettes électroniques, un site pour une mairie ou des experts-comptables. C’est très très varié. On ne s’ennuie jamais. »

La question à 100 euros pour clôturer cet échange : pour toi, quelles sont les différences entre un développeur Front-End, un développeur Back-End et un développeur Full-Stack ?

S. : « Alors allons-y ! (rires)

  • Un développeur front-end va intervenir sur tout le côté visible du projet. Il va être plus attentif à la beauté d’un site, son esthétisme, etc. Il a un œil un peu plus artistique.
  • Un développeur back-end va intervenir plus sur la logique de l’application, le moteur même de l’application. Il va avoir un esprit plus mathématique, plus cartésien. Ce qu’il aime, c’est coder des algorithmes, se creuser la tête pour optimiser l’application, pour qu’elle aille plus vite.
  • Et comme je le disais plus tout à l’heure, un développeur full-stack, tout dépend de la définition qu’on lui donne. Ma définition : c’est soit un développeur back-end qui fait un peu de front-end, soit un développeur front-end qui fait un peu de back-end. Mais une personne qui maîtrise parfaitement les deux, ça n’existe pas !!! Ou c’est très rare. »

*****

C’est tout cela, la richesse d’une Agence Web. L’époque ou « faire des sites internet » ne nécessitait qu’un Webmaster, bon dans tous les aspects du web, est désormais révolue. Aujourd’hui, chaque métier se spécialise chaque jour un peu plus, et cela n’a pas manqué pour le développement. Les langages se sont étoffés, toujours en quête de performance et les spécificités liées aux métiers se sont détaillées encore plus.

Les hommes et les femmes qui constituent Asdoria sont tous experts dans leur domaine respectif sans jamais se fermer sur les compétences des autres, développeur front-end, back-end, full-stack, rédacteur, graphiste, UX-UI designer, webmarketeur, business analyst… sont autant de métiers qui font vivre vos projets !

Vous souhaitez en savoir plus sur l’agence ? N’hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux sociaux ou à venir nous rendre visite (dans le respect des règles sanitaires en vigueur bien évidemment).

Posted by Julie Sébille

e-Commerce VS Commerce traditionnel : ce qui change dans votre entreprise

Le e-Commerce, ce sujet d’actualité qui a touché de nombreuses entreprises cette année. Avant de se lancer tous azimuts, il est important de savoir que mettre en place un projet e-Commerce a des impacts importants dans l’entreprise. Lorsque l’on vend sur internet, la notion du temps pour la démarche commerciale change du tout au tout par rapport au commerce traditionnel. Mais ce n’est pas tout. Le digital impacte l’ensemble de l’organisation de votre entreprise. Administration des ventes, logistique, comptabilité… Certains services devront s’ouvrir et s’ajouter aux bureaux existants. Nous vous proposons aujourd’hui d’examiner de plus près ces impacts du e-commerce par rapport à votre commerce traditionnel, à travers des cas clients que nous avons rencontré ces dernières années.

Le e-commerce vs le commerce traditionnel : une réactivité immédiate

Le plus important est sans doute le changement de la base de temps pour la démarche commerciale. Dans le mode dit “traditionnel” par opposition au mode “e-Commerce” ou de commerce Digital, une base de temps en jours voir semaines est monnaie courante. Qui n’a pas attendu et relancé un commercial pour avoir un devis pour tel ou tel produit.

En mode eCommerce la base de temps est l’heure et quelques fois la minute. Le prospect qui questionne et que l’on laisse sans réponse est perdu. Il est passé au résultat suivant de Google search où au produit suivant de sa Marketplace. Le Chef d’entreprise aura donc à cœur de sensibiliser et de motiver les troupes sur ce sujet.

Créer des entités digitales au sein de votre entreprise

Cette problématique induit souvent de tels changements dans l’entreprise qu’il est préférable de créer un petit noyau d’acteurs digitaux plutôt que de généraliser (saupoudrer) le digital dans tous les services.
D’autant que souvent vu comme une nouveauté abstraite et mal connue, le e-commerce inspire autant de refus primaires que d’engouement. Comment faire pour intégrer les frileux au projet et canaliser les envies des pressés ?

Chez ASDORIA nous recommandons souvent la création de deux entités (appelez-les comme vous le souhaitez : services, départements, groupes, tasks force, BU, …) que sont la Digital-Factory et la Digital-Academy.
Ces deux entités, sous la responsabilité d’un Responsable Digital ont comme missions, respectivement : la construction des solutions e-commerce et digitales dans l’entreprise et la sensibilisation et la formation des personnels à ces sujets.

Nommer un Responsable Digital et réunir autour de lui une équipe motivée, apte à répondre aux demandes est souvent LE facteur clef de succès d’un projet Digital.
Les autres services impactés par le e-Commerce sont la logistique, l’ADV (Administration des ventes), la comptabilité, le SAV, la direction financière.
Nous recommandons souvent d’associer aux membres permanents de la Factory, des membres consultés des autres services.

Le driver clé du Responsable Digital, bien avant le CA ou la Marge est la notation sur la ou les plateformes.
Le choix du Responsable Digital est crucial pour un chef d’entreprise. Le profil idéal combine une autorité naturelle, une connaissance étendue plutôt que profonde du monde Digital et une vraie capacité à être un paratonnerre des foudres aussi bien de la direction (en attente de R.O.I), que des équipes ou des clients.

e-Commerce vs commerce traditionnel : la logistique se voit perturbée

Il est important d’aborder les conséquences du déploiement d’un système de vente digitale sur la branche logistique de l’entreprise.

Commerce traditionnel multi-produit VS e-Commerce mono-produit

Pour une PME standard qui commercialise ses produits via une équipe commerciale ou des agents, les commandes sont généralement constituées de nombreux produits. Les particuliers ou les artisans passent des commandes de produits, accessoires, consommables, etc . et les revendeurs des commandes de réassort. Mais au final, la logistique se doit de traiter majoritairement des commandes avec plusieurs produits ; les commandes mono-produit étant exceptionnelles.

Contrairement au commerce traditionnel, dans le e-Commerce, le client final va généralement passer commande d’un seul produit. Chez ASDORIA nous constatons que nos clients reçoivent 92% des commandes en mono-produit. Une plateforme de ventes Web qui fonctionne génère un très grand nombre de petites commandes.

e-Commerce et logisitique, étude de cas

Il y a quelques années, nous avons accompagné une PME de CA 2.5 M€ dans sa transition vers le commerce digital.

  • Pour réaliser son chiffre, elle traitait environ 1800 commandes en une année.
  • Le panier moyen ressortait à 1400 € environ.
  • L’équipe logistique de 3 personnes traitait 6 commandes par jour.
  • Le délai entre la prise de commande et l’expédition était de 6 jours en moyenne.

En 16 mois, la plateforme que nous avons développée à généré en moyenne 55 commandes par jour pour un panier moyen de 88 € HT.

Le e-commerce et la rapidité de traitement des commandes

La surchauffe a commencé très tôt. La nécessité de traiter la commande dans un délai maximum de 48h associé au volume de commandes à traiter a profondément désorganisé l’équipe. La première réaction de la direction fut donc de gonfler l’équipe. Mais si un panier de 1400 € laisse de la place à un traitement long, celui à 88 n’en laisse aucune ; bien évidemment à marge constante. La rentabilité a fortement chuté.

Il a fallu 8 mois, 3 réorganisations des entrepôts, 4 versions de la procédure de traitement pour arriver à optimiser l’échelon logistique.

Les exemples de ce type ne sont pas rares. Quand on discute avec des chefs d’entreprise qui sont passés du commerce traditionnel à la transformation digitale, l’un des sujets majeurs de dysfonctionnement est la logistique. Les points essentiels sont la réactivité des équipes, les bonnes remontées des erreurs de stocks et une liaison forte avec l’équipe approvisionnement.

Vous songiez ajouter le e-Commerce en plus de votre commerce traditionnel ? La vente en ligne demande une réelle organisation, une réflexion. Un e-Commerce qui fonctionne bien, c’est une modification profonde de votre entreprise ! Chez Asdoria, nous savons de quoi nous parlons. Depuis plus de 12 ans, notre expertise e-Commerce n’a cessé de s’adapter aux évolutions de la vente en ligne, au nouveaux consommateurs digitaux, au nouvelle structures entrepreneuriales. Notre vision est basée du le Retour sur Investissement (R.O.I.) pour nos clients, dans toutes les facettes du digital. Nous mettons toujours un point d’honneur à vous accompagner dans l’élaboration ou le changement de votre stratégie digitale, afin que ce nouvel axe de vente  fonctionne concrètement et ait un réel impact positif sur votre chiffre d’affaires.

Vous souhaitez nous exposer votre expérience digitale au sein de votre entreprise ou discuter d’éventuels projets, vous souhaiteriez des conseils avant de vous lancer dans la vente en ligne ? Vous avez d’autres questions concernant le commerce traditionnel VS le e-commerce ? Nous sommes disponibles du lundi au vendredi, à l’Agence, par mail, ou par téléphone.
Alors, discutons-en !

Posted by Julie Sébille

Encourager et accompagner les entreprises à la digitalisation, la révolution culturelle

Aujourd’hui, il devient fondamental d’accélérer la digitalisation des commerces. On le voit très bien avec la problématique de l’année catastrophique qu’a été 2020 pour ses commerces dits « non-essentiels » avec ses deux confinements successifs. Les commerçants jusque là hésitaient à sauter le pas du digital. Pourquoi ? parce que c’est encore très flou pour eux. C’est pourquoi il est essentiel d’informer et d’accompagner ces dirigeants d’entreprise dans leur transformation ou l’amélioration de leur présence digitale. Qu’ils soient présents grâce à un site vitrine, qu’ils se donnent les moyens de vendre en ligne ou grâce au click and collect pour palier aux difficultés de vendre dans les boutiques physiques à cause des restrictions. La nécessité première est d’être visible malgré la fermeture de leur devanture.

Aujourd’hui, c’est Stéphane, le Business Incentive de l’équipe qui se charge de nous dévoiler l’importance de l’accompagnement des commerçants dans le passage au digital. Un interlocuteur unique pour expliquer, simplifier et améliorer le quotidien des marchands grâce au digital.

#bruno-custom-61ad79dfe8f71,#bruno-custom-61ad79dfe8f71 .testimonial-title,#bruno-custom-61ad79dfe8f71.testimonials h2 {color:!important;} #bruno-custom-61ad79dfe8f71.testimonials .bubble{background-color: } #bruno-custom-61ad79dfe8f71.testimonials .bubble:after{border-top-color:;}

"Ma mission, c’est de faire comprendre aux entreprises que le digital n’est plus une lointaine option mais une nécessité, quelque soit le type de commerce ou domaine d’activité. De La simple visibilité digitale à un site de vente en ligne poussée, l’accompagnement de ces TPE/PME et même Grands Comptes est d’une importance cruciale."

Stéphane - Business Incentive

Quel est ton rôle au sein de l’Agence Web Asdoria ?

« Mon rôle est d’aider, d’aiguiller et d’accompagner les entreprises qui ont un besoin digital (et parfois qui ne se rendent même pas compte qu’elles ont ce besoin) ou qui se posent des questions sur le web (création ou refonte de site vitrine et/ou e-Commerce, réflexion stratégique, audit, amélioration de l’outil existant, augmentation du taux de transformation…). À l’heure où l’on peut trouver mille et une solutions sur le web, il est important de pouvoir expliquer et faire comprendre les enjeux du digital sur le commerce d’aujourd’hui. »

Quelles sont tes missions au sein d’un projet ? A quel moment interviens-tu ?

« Ma mission est de comprendre ou déceler les besoins primaires de l’entreprise cliente pour mon équipe, de comprendre son profil et d’analyser sa maturité numérique afin de ne pas la noyer techniquement et de lui proposer des solutions à tiroirs. J’interviens dans quasiment toutes les parties du dossier après avoir fait le point avec le chef de projet. Du moins, j’ai toujours un œil sur les avancées du dossier car je suis le contact direct avec l’entreprise. J’essaye de rendre humain et accessible le dialecte numérique et d’être réactif aux demandes clients. »

Tu dis que certaines entreprises sont à mille lieues de la digitalisation ?

« Effectivement. Pour certains chefs d’entreprise qui ont toujours fonctionné avec leur méthodes, le digital semble une grande révolution. Des termes qui nous paraissent évidents comme « Click And Collect » ne le sont pas pour tous ! C’est pourquoi il faut être l’écoute de son futur client et analyser sa demande. Il ne faut pas proposer à des entreprises néo-digitalisées des solutions complexes qui les décourageront. L’accompagnement, le conseil, et l’explication des solutions sont de réelles nécessités. Et c’est lorsque je vois des clients qui reviennent me voir un an après et qui me demande que l’Agence Asdoria s’occupe d’un second projet pour leur entreprise, que je considère que ma mission a été réussie. »

La crise sanitaire accélère ce sentiment de devoir passer au digital. Cela peut concerner toutes les entreprises ?

« La réponse est oui ! Le web est ouvert pour tout type d’entreprise (TPE/PME Grande entreprise, collectivités…) ! Elles peuvent toutes avoir un site vitrine et aujourd’hui le besoin en eCommerce est de plus en plus grand ! Chez Asdoria, nous travaillons si bien avec des sociétés dans l’alimentaire, produits de traiteurs, si bien avec des distributeurs internationaux, que des entreprises dans le bâtiment, l’automobile, l’industrie… La crise sanitaire de cette année renforce encore plus ce retard de digitalisation que peut avoir la France face à ses voisins européens : nous sommes passés de 15% il y a quelques années à 45% en terme de croissance eCommerce en France, selon le directeur général de la Fevad. C’est dire ! Pour reprendre ses termes, que nous approuvons complètement, c’est une révolution culturelle. Et notre Agence Web est aussi là pour aider les entreprises à faire partie de cette révolution. »

On peut noter qu’être Business Incentive dans ce domaine relève également de la passion non ?

« Oui, pouvoir avoir cette relation privilégiée avec nos clients et prospects tout en conservant ce côté humain, venir en aide et accompagner, c’est une passion ! On ne peut pas bien le faire si l’on n’est pas soi-même convaincu par le pouvoir que le digital a sur notre société actuelle et sur les années à venir ! »

Vous avez des doutes sur le passage au numérique de votre entreprise ? Vous souhaitez améliorer toute la chaîne de vente au sein de votre système commercial, vous souhaitez développer une visibilité sur internet, augmenter votre chiffre d’affaires grâce à la vente en ligne, créer une nouvel outil, une appli, …
Que le monde du web soit une nouveauté pour votre business, ou que vous soyez déjà à la recherche d’optimisation de l’existant numérique dans votre société, Asdoria est l’Agence Web qui vous écoute, qui analyse, qui vous conseille et qui vous aide à passer à l’action dans les meilleures conditions pour de meilleurs résultats.
Alors, appelons-nous !

Retrouvez-nous aussi sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter ou LinkedIn. Nous y partageons nos astuces, nos articles sur les thématiques du digital pour mieux l’appréhender, notre quotidien, nos expertises métier… De quoi digitaliser son entreprise plus sereinement !

Posted by Julie Sébille

KTM Online : Comment réorienter la stratégie e-commerce d’une marque connue et reconnue ?

KTM Online, Revendeur officiel des produits de la marque KTM, entrait dans la zone rouge de son site e-commerce. Après 5 ans de « bons et loyaux services », il était temps d’en changer pour pouvoir passer à la vitesse supérieure. Souligné par un déménagement des entrepôts et du magasin conférant des capacités de stockage bien plus avantageuses, KTM Online était prêt pour recevoir de nouveaux arrivages de produits. S’en découlait donc un besoin d’une meilleure gestion des stocks, d’une meilleure organisation des catégories, d’un site plus clair, moderne et visuellement attractif, performant techniquement et concrètement parlant.

Ce nouveau projet s’est avéré être bien plus qu’une simple refonte mais une réorganisation complète de la stratégie e-commerce de l’entreprise ! Un défi accepté avec plaisir pour Asdoria, experte e-Commerce depuis 12 ans.

Une histoire de Marketing Digital

Tout commence par le département Marketing. Lorsque nous avons entamé le projet avec KTM Online, la première étape a été de l’analyser dans son marché global. Deuxième étape, répertorier les actions jusque-là opérées pour pouvoir lancer une nouvelle orientation stratégique e-Commerce adaptée à ses objectifs.

Benchmark, positionnement et objectifs

Cette analyse est composée par des phases de benchmark intensives, d’une étude précise du mix marketing de l’entreprise. Nous avons ensuite décortiqué le référencement naturel (SEO) dont bénéficiait le site initial pour établir un état des lieux complet du référencement acquis.

Discuter, comprendre, échanger avec son client pour bien appréhender son positionnement de marque et ses objectifs dans son domaine d’activité et son marché global : la clef du succès pour pouvoir établir un nouveau projet qui tient parfaitement la route !

Lancement des maquettes et timing opérationnel

S’en sont ainsi suivies les créations des UX (User Experience, les maquettes techniques du site qui prennent en compte les habitudes et attentes des internautes) et les UI (User Interface, la patte graphique de la marque, sa touche personnelle qui dynamise et donne l’âme d’un site). Et bien entendu, l’intégration des nouvelles fonctionnalités dans ces maquettes, prêtes à donner un vent de fraîcheur et de performances à KTM Online.
Une fois la compréhension du client et de ses besoins confirmée, des UX, UI et propositions des nouvelles fonctionnalités validées, il est temps de passer au phasage de la montée en performance technique et commerciale digitale de l’entreprise !

Product Manager : place à la technique

Comment faire lorsque votre entreprise propose à la vente des milliers de références ? Comment bien gérer ses contenus et les proposer efficacement à la vente ? En utilisant un PM. Le Product Manager gère l’organisation complète de votre système de mise à la vente produits.

La technique du développement sur-mesure au service de la performance

Mais attention, pas n’importe quel Product Manager. Un PM sur-mesure développé par Asdoria. Un PM qui colle parfaitement aux besoins, aux produits, et à leur qualifications.
Il a fallu mettre en place ces outils sur-mesure et les adapter à la base de données KTM Constructeur.

Création stratégique d’un outil évolutif

Cela incombe une étude de la base de données, une préconisation technique de la part de notre Responsable Stratégie WebMarketing, d’un développement technologique poussé par nos tech leads et développeurs full-stack, d’une organisation précise du workflow, et bien entendu, d’une formation d’utilisation pour notre client.
Et comme les besoins et les produits d’un client fluctuent dans le temps, cet outil s’adapte afin de permettre à la firme de capitaliser sur une technologie évolutive et pérenne. Une valeur sûre pour la montée en puissance de la boutique en ligne de KTM Online.

Synchronisation avec l’ERP spécialisé Auto/Moto de KTM Online

Et qui dit Produit, dit aussi commande, dit également gestion… dit ERP. Impossible de fonctionner sans l’outil qui centralise les commandes produits, la gestion des stocks, ou même la gestion administrative et financière.
L’idée grandement réalisée ? Une connexion entre l’ERP et le nouveau site e-Commerce fraîchement développé sous Prestashop.

De l’Humain dans le digital avec l’accompagnement d’entreprise e-Commerce

Chez Asdoria, nous savons que pour faire monter en puissance un business, il ne suffit pas de développer une excellente solution. Il faut également accompagner son client dans ce processus !

Accompagnement à la recherche de ressources humaines

Pour l’évolution de KTM Online, leur équipe se devait de s’agrandir pour mener à bien le projet. C’est pourquoi nous avons défini ensemble le poste de eCommerce Manager pour aider les responsables de l’entreprise à s’entourer des meilleures compétences dans leur nouvelle stratégie digitale.

Accompagnement stratégique et technique

Nous avons également accompagné et conseillé notre client pendant plusieurs mois afin de l’orienter sur les stratégies à adopter pour l’amélioration de son business. Enfin, et même après livraison, nous effectuons une maintenance régulière et une préconisation technique de performance du site afin de toujours veiller à la réussite de notre client !

Le projet de la refonte e-Commerce de KTM Online, avec la création de son Product Information Manager est une très belle aventure pour Asdoria et nous sommes fiers aujourd’hui de vous présenter le nouveau site de vente en ligne du revendeur officiel de KTM ! Un projet qui, dès sa mise en ligne, montre déjà de belles performances de ventes !

Posted by Julie Sébille

Comment améliorer votre système de vente en ligne en 4 points

Pour les eCommerçants l’annonce du confinement de ce début d’année a été brutale et soudaine. Pour la plupart, les conséquences pratiques n’ont pas été étudiées en amont et donc elles ont dû réagir à la situation avec leur moyens et leur forces. Aujourd’hui l’économie est encore menacée d’un deuxième potentiel confinement. Profitons-en pour évaluer votre système de vente en ligne et soulever les points d’amélioration pour être mieux préparé cette fois-ci.

Des ventes qui fonctionnent, une organisation interne qui doit suivre

Si l’on regarde tout d’abord ce qui a continué de fonctionner, il faut citer les plateformes techniques. En effet les gros hébergeurs de serveurs ont une expérience forte en situations de crises et ont de nombreuses solutions pour faire face à des catastrophes. Les PRA (Plan de Reprise d’Activité) permettent de résoudre les effets de la perte d’un bâtiment, de l’incapacité d’accès aux personnels, etc …

De ce fait les clients confinés chez eux disposant d’ordinateurs ou de smartphones pouvaient alors passer autant de commandes que souhaité.

C’est là que cela se gâte.

Le premier échelon dans l’entreprise qui traite les commandes est l’équipe ADV (Administration des Ventes).

Deux soucis à gérer : la disponibilité des personnels, souvent en télétravail forcé et la capacité de l’ensemble des outils d’être accessibles de manière sécurisée depuis le domicile des personnels.

Des points essentiels à mettre en place pour résister

Si l’on résume les impacts du confinement de ce premier semestre 2020, les entreprises qui ont bien résisté sont celles qui ont sécurisé ces pôles :
Disposer de la plateforme de vente opérationnelle (SAAS, Assistance, …)
Disposer d’une équipe de Marketing Digitale opérationnelle (Préparée au télétravail).
Disposer d’un centre logistique opérationnel (Organiser les entrepôts, le picking, l’expédition en silos pour éviter les trop grandes interactions entre les personnes.
Disposer d’accord d’approvisionnement permettant le réassort des stocks et le transport des marchandises.

Disposer de la plateforme de vente opérationnelle (SAAS, Assistance, …)

Avoir un site, ou votre système de vente qui fonctionne. C’est effectivement le minimum requis, difficile de faire des ventes web si la plateforme n’est pas en ligne et opérationnelle.
Mais il faut tenir en compte tous les aspects pour qu’elle puisse en effet fonctionner :

  • Hébergement chez un prestataire qui garantit le fonctionnement. Si vous hébergez chez quelqu’un qui ne peut accéder à ses serveurs car lui-même confiné, vous êtes au même point. Idem si vous hébergez chez vous (dans votre entreprise) le serveur web.
  • Disposer d’un contrat d’assistance pour les pannes et bugs qui peuvent survenir.
  • Disposer d’une bande passante suffisante et garantie. En effet nous avons eu l’exemple d’un client qui hébergeait de manière mutualisée et qui ne pouvait satisfaire ses visiteurs du fait du partage de la bande passante avec des sites eux-mêmes très sollicités.

Disposer d’un centre logistique opérationnel

Il y a deux aspects dans la logistique, un aspect purement virtuel : les ordres de préparation et expédition doivent parvenir à l’entrepôt. Et un aspect purement RH : Il est nécessaire d’avoir une équipe disponible pour la préparation des commandes. Le point numéro un est purement technique et déjà abordé. Pour le point numéro deux c’est un problème organisationnel qui doit être pensé en amont.

L’organisation opérationnelle des entrepôts doit être pensée pour optimiser le temps de traitement des commandes, mais aussi pour tenir comptes de contraintes notamment sanitaires. Nous avons, à l’agence, relevé quelques bonnes idées comme celle de disposer des imprimantes pour les OP en tête de chaque ligne de rack, pour éviter les aller-retours. Ou alors de réserver un côté de rack pour l’approvisionnement (réception) et un côté pour le picking. Ainsi les employés ne se croisent jamais. Bien évidemment il s’agit là de quelques astuces simples, je ne prétend pas être expert en logistique. Mais rappelons que nous nous adressons à des clients PME, voir TPE qui n’ont pas les moyens de construire un gros centre logistique.

Dans les bonnes pratiques notons :

  • Limitation des déplacements dans le centre logistique
  • Création de sas étanches (entre picking et préparation, entre préparation et expédition, etc …)
  • Définition des créneaux horaires sans recouvrement pour des tâches nécessitant l’accès à des ressources partagées…

Disposer d’accord d’approvisionnement permettant le réassort des stocks et le transport des marchandises

C’est là le point clef pour nombre de nos clients. Ils avaient tout anticipé : tout en SAAS (Software As A Service), Entrepôt opérationnel, Marketing à bloc, beaucoup de ventes mais …. pénurie de produits.

Le dilemme est important pour les PME qui ne peuvent pas stocker (question de coût, question de place) et qui doivent assurer un flux continu de marchandises. Ceux qui ont su fonctionner pendant tout le confinement ont souvent mis en place leur propre système de transport par exemple et distribué leur approvisionnement depuis plusieurs centre logistiques en France et en Europe : Hollande, Portugal, Italie.

Nous croyons que ce confinement a montré quelque chose d’essentiel, un peu oublié par certains (beaucoup) et qui est pourtant un excellent adage : il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Nos clients top vendeurs sont ceux qui ont gardé dans leur ADN ce principe : être partout sur tous les fronts. Alors c’est vrai que cela va souvent à l’encontre des dogmes actuels d’optimisation des flux : choisir un petit nombre de flux et les optimiser au maximum pour réduire les coûts et maximiser les gains. 

Ce que le confinement a montré c’est que ceux qui étaient présent sur leurs sites, plus les marketplaces, avec entrepôt en propre, plus entrepôt sous-traité, plus fulfillment, plus dropshipping, avec sourcing France, plus Europe, plus Asie, … s’en sortaient beaucoup mieux. 

Doit-on craindre un retour du confinement massif ? Probablement pas mais nous ne disposons pas de boule de cristal. Par contre ce que l’on pense et répète à nos clients, c’est qu’il faut se préparer à des événements hors de l’ordinaire car ils risquent de se reproduire dans l’avenir.

Centraliser les informations pour mieux gérer l’écosystème ecommerce

Chez ASDORIA nous avons depuis 5 ans bâti une solution complète en SAAS : depuis, bien évidement, le back-office des boutiques mais aussi l’ERP, le logiciel logistique, le CRM, … Un système d’impression centralisé permet de rediriger les travails vers les bonnes imprimantes sans besoin de paramétrage complexe du poste utilisateur (souvent le PC ou le Mac privé de la personne).
Pendant la phase de confinement, nos clients ont tous pu travailler en Home Office comme s’ils étaient sur site. Avec tous les sites et applications en https, le SSO (Single Sign On, une seule authentification) et la double Authentification (OTP sur mobile), n’importe quel poste devient un poste de travail en quelques minutes. La sécurité est optimale et aucune donnée n’est stockée sur le poste de travail.

Ce que couvre notre solution full SAAS :

    • SSO + Double Authent OTP Mobile
    • Full HTTPS
    • Boutiques web Front et Back-office
    • Push produits sur Places de Marché
    • ERP Synchronisé DOWN et UP avec Boutiques et Marketplaces
    • Push Logistique pour Picking Expédition
    • Génération Auto Etiquettes transporteurs
    • Impression automatique sur imprimantes entrepôt (multi-imprimantes, multi-entrepôt, …)
    • NAS (NetWork Area Storage) pour PDF, Photos, vidéos, textes, …
    • Rédaction documents partagés multi-utilisateurs

Au delà des compétences techniques, nous accompagnons nos clients sur le côté stratégique de la vente eCommerce en analysant leur process (process d’achat, de stockage, de vente, de SAV, etc ..) afin d’isoler et de traiter les points faibles.

Posted by Julie Sébille

Le Traffic Manager : Le comportementaliste Marketing des internautes

Ces dernières semaines, vous avez certainement remarqué notre série dédiée aux métiers qui composent notre Agence. Parce que le monde du web est un vaste sujet, il demande tout autant de compétences ! Directeur Artistique, Intégrateur Web, Développeurs front et back-end, webmarketeur, rédacteurs web, chef de projet, techlead… des rôles que l’on ne rencontre pas forcément tous les jours quand on ne travaille pas dans le digital.
Découvrez les experts qui s’occupent de votre projet, leur rôle et leurs missions.

Aujourd’hui, après vous avoir présenté des aspects assez techniques lors des derniers articles, nous prenons le temps de vous expliquer le métier de Responsable Webmarketing et Traffic Manager. Un profil 2 en 1 représenté par Florian, un spécialiste des deux disciplines !

Florian
Responsable Webmarketing - Traffic Manager

Mon métier ? M’assurer que l’entreprise cliente touche son client final, que cela soit dans la conception de site/boutique ou dans l’apport de trafic qualifié.

Le Traffic Management : un maillon essentiel de la chaîne webmarketing

Florian : « Aujourd’hui, il ne suffit pas d’avoir un site web ou une boutique en ligne pour être visible et vendre sur Internet. Une personne qui cherche un produit/service sur le web, peut le faire de différentes manières et avoir énormément d’offres proposées.

Il faut donc être performant dans beaucoup de domaines pour attirer, séduire et convertir en acte de vente ou prise de contact. Mon métier consiste donc à m’assurer que l’entreprise touche son client final, que cela soit dans la conception de site/boutique ou dans l’apport de trafic qualifié. Cet ensemble doit permettre d’obtenir le meilleur retour sur investissement (R.O.I) possible.
Mon quotidien est rythmé et diversifié : entretiens avec les clients, conception de parcours utilisateurs et élaboration de stratégie marketing, lancement de campagne de communication, développement commercial, analyse de trafic et de suivi des opérations de marketing…. »

Tu as donc deux types de missions webmarketing bien spéciales ?

« Oui. Je peux distinguer deux types de projets. Les projets de conception de boutique/site/page. Ici j’interviens très en amont du projet et le suis jusqu’à la livraison. Il faut dialoguer avec le client, connaître son entreprise, ses clients et ses besoins. Ensuite, après avoir étudié le marché et la stratégie marketing, je conçois le site/page d’un point de vue navigation et dans un objectif de résultats. Ensuite, le projet va passer entre les mains des graphistes puis des développeurs et je vais m’assurer que le rendu-final corresponde bien à la demande client.

Pour les projets de communication ou de développement commercial : J’interviens aussi tout au long du processus, de la stratégie jusqu’à la mise en place et au suivi des campagnes marketing. Je m’assure que les objectifs soient bien atteints et ce sur tous les canaux de communication (Google Ads, Emailing…) et de vente (Boutique, Marketplaces…). »

Tu es donc garant du bon accompagnement des clients et de la réussite de leur projet ?

« En tant que responsable webmarketing, il faut accompagner le client oui. il ne s’agit pas uniquement de produire une mission mais de proposer un réel accompagnement dans le business de l’entreprise. Il faut savoir être à l’écoute. Le monde du digital n’est pas simple à aborder, il est très vaste et souvent modifie/bouscule le fonctionnement interne des entreprises.

En tant que responsable webmarketing, je jongle entre différents clients, type de missions et intervenants. Il faut donc savoir s’adapter à chaque situation, il est crucial d’avoir une certaine agilité.
De plus, le web étant en constante évolution, il faut, en plus d’être à l’écoute, savoir être curieux. À la fois pour l’ aspect technique mais aussi dans le comportement des “internautes”.
Et je dirai que ce n’est pas simplement un métier d’accompagnement mais également de communication et de gestion. Enfaite, c’est un emploi du temps bien rempli et des compétences variées ! » (rires)

Pour toi, qu’est ce qui rend un projet enrichissant, satisfaisant ?

« Les moments clés qui apportent le plus de satisfaction sont tout d’abord lorsque l’on voit que le client est ravi des outils digitaux que l’on a conçu pour lui. C’est que l’on a bien compris l’entreprise, ses valeurs et besoins.

Le deuxième type de moment clé est quand les chiffres de performance parlent : qu’ils sont bons et répondent aux objectifs fixés. À ce moment, on se dit qu’on a bien fait le job, apporté une réelle plus value aux clients. Une relation de confiance naît et amène à construire d’autres projets ensemble. »

Concrètement, quels type d’outils web utilises-tu pour atteindre tous ces objectifs ?

« · Il faut s’approprier les différents back-offices des sites/boutiques ou marketplaces afin de configurer, gérer les offres commerciales et suivre les ventes.
· En tant que traffic manager, il nécessaire maîtriser les outils de création et de pilotage des campagnes de communication : Google Ads, logiciel emailing, les outils proposées par les marketplaces ou réseaux sociaux…

· Les outils qui permettent de trouver les mots-clés sur les lesquels se positionner sur les moteurs de recherche qui peuvent aller de paire avec les outils d’audit et d’analyses SEO.
· Pour connaître les personnes qui viennent sur les sites/boutiques, observer leur comportement et étudier la performance des sites et canaux de communication, j’utilise des outils d’analyse de trafic et performance comme Google Analytics.

· Des logiciels de design/graphisme afin de créer des supports de communication ou simple visuel produit à destination des sites web et régie publicitaire.
· Avant l’élaboration des maquettes graphiques, il est d’abord important de conceptualiser le parcours client et les éléments présents dans chacune des pages. Pour cela on utilise des logiciel d’UX Design. »

Votre aspect préféré du suivi des opérations de marketing ?

« La diversité des missions et la recherche de performance. Je travaille sur différentes problématiques en intervenant à différents niveaux d’un projet avec comme objectif final sa réussite. »

Vous avez aujourd’hui fait un pas dans le monde bien vaste du Webmarketing et l’une de ses spécialités : le traffic management. Analyser les bonnes cibles de l’entreprise et s’assurer, selon différents moyens et canaux de communication, que les messages les atteignent bien. Un métier de chiffres et de lettres, de communication et d’actions !

Vous souhaitez développer le référencement de votre site actuel, améliorer votre position dans les résultats des moteurs de recherche, lancer des campagnes de publicité digitale pour accroitre votre visibilité et votre chiffre d’affaire mais vous avez besoin de conseil et d’un accompagnement fiable ?
Chez Asdoria, nous sommes convaincus qu’avec une bonne stratégie digitale et un accompagnement qualitatif, vous atteindrez vos objectifs !

Posted by Julie Sébille

Créer un site web unique avec la technique du Développeur front-end

Dans l’interview dédiée au rôle de l’intégrateur web au sein de l’Agence, nous avons finit sur une question plutôt ouverte sur la différence entre l’intégrateur Web et le Développeur Front-End. Deux métiers très similaires ayant pour but transformer une maquette en un véritable site web. Votre site web.

Mais nous le savons tous, chaque entreprise a des besoins et des attentes différentes en fonction de son domaine d’activité, de ses objectifs, de ses produits, de ses cibles et du message qu’elle souhaite transmettre. Tout est une question de positionnement.

Comme chaque projet est unique, les fonctionnalités qui construisent et animent votre site web le sont tout autant. Voilà ce qui différencie ces deux métiers complémentaires. L’un aura une sensibilité plus accrue sur le graphisme et le côté créatif (l’intégrateur web), tandis que l’autre sera plus dirigé vers les problématiques techniques et le développement des fonctionnalités spécifiques visibles sur le front-office du projet.

Le « front » (prononcez le « t » final), c’est ce qui se voit sur votre site, un peu comme votre front sur votre visage. ?
Et aujourd’hui, nous avons une petite surprise. Ce n’est pas un mais deux de nos développeurs front-end qui se sont prêtés au jeu pour répondre à nos questions et balayer les interrogations que vous pouvez avoir quant à l’élaboration de votre site marchand, votre site vitrine, votre appli mobile, ou votre projet digital dans sa globalité. Laissons place à Florian et Maxence !

Florian
Développeur Front-End

Mon rôle ? Retranscrire vos volontés graphiques et fonctionnelles avec du code !

Maxence
Développeur Front-End

L’équipe front-end développe la technique visible pour l’utilisateur final.

Le développeur front-end a donc pour mission de développer les aspects techniques visibles d’un projet digital…

Florian : – Exactement, nous répondons aux attentes du cahier des charges concernant les fonctionnalités sans oublier le respect de la direction artistique ! Nous traitons les données mises à disposition afin d’afficher et de filtrer les données désirées à l’écran. Nous sommes également chargés de retranscrire les maquettes produites par l’UI Designer à l’identique. Nous intervenons donc juste après la validation des maquettes par le client.

Pour faire simple, le b.a.-ba de notre métier c’est de résoudre des problématiques. Ce qui est le plus satisfaisant, pour moi en tout cas, c’est de les avoir résolues avec tout le processus cognitif pour y arriver !

Maxence : – En effet, nous donnons vie à la maquette créée par le designer en mettant en place les fonctionnalités à grands coups de JS / Css et Html ! C’est toute la partie visible du site, nous intervenons donc principalement au milieu du projet, lorsque les UX et UI sont validées et ce jusqu’à la fin du projet afin de s’assurer que tout est conforme. Et comme dit Florian, s’assurer que toutes les éventuelles problématiques soient résolues au livrable (et même après d’ailleurs).

Vous arrivez à développer tout type de fonctionnalités pour vos clients… Vous avez une recette secrète pour y parvenir ?

M. Ah ! Pas de potion magique mais avant tout de la motivation et de la détermination ! Dans le web, tout va vite, voire trop vite, donc si tu n’es pas assez déterminé, cela va être rapidement compliqué à suivre et petit à petit ton savoir sera obsolète… Je ne connais pas la recette mais en tout cas une bonne dose de détermination est nécessaire !
Après, il faut aussi avoir une pointe de créativité, être autonome et surtout aimer ce que tu fais, sinon tu te tires une balle dans le pied tout seul, et ça c’est pas cool… et en plus ça fait mal.

F. (rires). De mon point de vue, il faut persévérer avant toute chose. Il faut se faire violence et ne pas lâcher face à la difficulté. Être curieux, savoir travailler en équipe sont également des aptitudes primordiales. Les compétences techniques viennent après. Et cela tombe bien, nous avons la chance d’évoluer au sein d’une très belle équipe de dev’ à l’Agence !
Nous utilisons également des outils qui offrent une bonne performance tels que l’IDE PHP Storm, Git comme dépôt de projets… En ce qui concerne les langages de programmation, nous nous concentrons sur le Javascript ES6, l’HTML5/CSS3. Nous utilisons des frameworks JS tels que Vue.js et des frameworks CSS tels que Tailwind. De quoi faire du travail qualitatif !

Vous travaillez donc aussi avec les intégrateurs web lors d’un projet ?

F. On peut dire que lors de l’élaboration et la construction d’un projet digital, nous sommes tous les maillons d’une chaîne bien solide. Le projet client passe entre beaucoup de mains expertes et complémentaires. L’intégrateur web et le développeur Front-End ont une tâche commune : l’intégration des maquettes en HTML5/CSS3. Cependant, l’intégrateur web aura plus une sensibilité graphique avec des compétences liées donc au graphisme comme la maîtrise des logiciels Adobe. Tandis que le développeur Front-End sera plus axé sur la logique et le traitement des données afin de résoudre un problème et développer des fonctionnalités correspondantes. Notamment en employant le Javascript et les technologies d’aujourd’hui comme les frameworks JS comme Vue.js ou React.

Infrastructure Web, Direction Artistique, Intégration Web, Développement Front-End… Un site qualitatif, c’est du travail. Mais surtout, c’est du travail d’équipe avec de bons outils ! Pour bien comprendre votre besoin, nous procédons toujours à une analyse de votre marché et des outils web indispensables pour un bon R.O.I.
Développer des fonctionnalités qui vous correspondent, comme un système de réservation compatible avec les outils que vous utilisez déjà, des modules custom, des effets visuels et graphiques particuliers, adapter le funnel de conversion, adapter votre site sur les différents devices…
C’est ça, une Agence Web proche de ses clients !

 

Découvrez l’intégralité des métiers qui composent notre équipe et nos expertises en nous suivant sur les réseaux sociaux : LinkedIn, Twitter, Facebook, Google My Business et bien évidemment, sur ce blog !

Posted by Julie Sébille