eCommerce

Dropshipping : comment ça marche ?

Avez-vous déjà entendu parlé du dropshipping ? Une méthode de vente pourtant utilisée depuis des années qui fait parler d’elle notamment sur les réseaux sociaux et les marketplace. Le dropshipping consiste à expédier vos produits directement depuis les entrepôts de votre fournisseur à vos clients. Dans quel cas utiliser le dropshipping ? Pour quel type de business ? Quels sont ses points forts et ses faiblesses ? Décryptage.

Le dropshipping, la méthode de vente tendance

En tant qu’experts e-commerce depuis plus de 12 ans, nous connaissons et avons expérimenté une bonne partie des méthodes de vente en ligne. De la méga-boutique en ligne multi-produits et multi-catégories, au site e-commerce mono-produit ultra spécifique, nous en avons vu sous toutes les formes !
De plus en plus de personnes souhaitant se lancer dans le e-commerce se voient particulièrement intriguées par le dropshipping, réputé pour être un bon moyen pour commencer dans la vente en ligne. Souvent vantée comme la méthode ultime en tant que particulier pour se faire un business supplémentaire, le dropshipping est une méthode de vente sérieuse utilisée également par les professionnels souhaitant diminuer ou supprimer complètement leur(s) entrepôt(s) de stockage ou libérer de l’espace pour gagner des parts de marché avec d’autres typologies de produits.

Et oui, le dropshipping a la particularité de supprimer la partie “stockage” dans votre chaîne de distribution. Le client vous commande des produits, que vous commandez à votre tour à votre fournisseur, qui les expédie directement à votre client.

Économisez vos coûts avec le dropshipping

Votre fournisseur gère ainsi pour vous toute la logistique de ces produits ainsi que l’envoi au destinataire. Vous pouvez ainsi vous concentrer sur l’aspect premier de la vente : le commercial.

Avoir un site marchand est une chose, mais le faire fonctionner efficacement et vendre ses produits dégageant une marge nécessaire au bon fonctionnement de votre entreprise en est une autre : avec le dropshipping, vous pouvez vous concentrer sur la vente de vos produits sans vous soucier de la logistique, de la gestion des stocks, des bons de livraison et de la préparation des colis. Une bonne méthode pour économiser sur ces coûts et gagner en efficacité sur votre stratégie de communication par exemple.

Conservez le contrôle de vos conditions de vente

L’avantage avec le dropshipping, c’est que vous n’avez pas besoin d’espace de stockage, donc. Vous êtes tout de même toujours garant du service après vente et de sa gestion, en cas de litige avec votre client, pour un produit accidentellement défectueux ou une erreur d’envoi, etc. Vous économisez le stockage coûteux sans perdre le contrôle sur les conditions de vente de votre produit.

✔️Autre point positif : votre produit ne subit pas plusieurs acheminements entre le fournisseur et vous-même avant d’arriver au client final. Il ne subit qu’une seule étape de transport entre le fournisseur et votre client.

Fournisseur en dropshipping : un lien de confiance

Attention, le dropshipping peut également avoir ses contreparties ! Dans un premier temps, il est primordial d’avoir un fournisseur de confiance. Un fournisseur qui gère mal ses stocks, qui n’est pas organisé dans sa logistique peut rapidement vous faire perdre en crédibilité auprès de vos clients : retards de livraison, défaut de stocks, annulation des commandes.
Il vous faut un lien fort avec votre fournisseur. Dans le cas contraire, un manque de communication pourrait générer une baisse de qualité de vos services directs envers votre client final, qui ne peut pas savoir ni comprendre que vos produits sont expédiés directement depuis l’entrepôt de votre fournisseur.

Le dropshipping incombe à une certaine dépendance envers votre fournisseur

Deuxième point à relever, les frais de livraison de votre fournisseur peuvent s’avérer élevés en fonction de ses prestations. Votre économie sur le stockage des produits peut ainsi être compensée par les frais de livraison. Attention donc à étudier l’intégralité des offres de votre fournisseur.

Enfin, vous restez dépendant de la production du fournisseur : s’il se retrouve en rupture de stock sur l’un de vos produits phrases, ou pire, s’il stoppe la production de ce produit, vous serez le premier à en pâtir. De même, le fournisseur reste libre de modifier le prix de vente de ses produits, ce qui peut avoir un impact non-négligeable sur vos prix de vente, votre positionnement sur le marché selon votre stratégie de vente etc.

Le dropshipping et les marketplace

Les places de marché telles qu’Amazon ou Cdiscount ont basé l’essence même de leur business sur le dropshipping : vous pouvez proposer vos produits en vente sur ces marketplace sans qu’elles ne possèdent le stock de ces produits (désormais, c’est possible avec le fulfillment. Vous vendez déjà sur les marketplace ? Découvrez de nouvelles méthodes de vente sur les places de marché grâce au fulfillment ou le statut Vendor d’Amazon.)

 

Pour résumer les aspects positifs et négatifs du dropshipping :

➡️ Le dropshipping n’inclut que trois étapes : vous proposez des produits du catalogue de votre fournisseur dont vous fixez le prix. Votre client vous commande le produit, vous transférez votre commande au fournisseur qui prépare et expédie le colis.
➡️ Une solution simple pour s’exonérer de la gestion coûteuse des stocks et de la logistique tout en conservant le contrôle sur les conditions de vente de votre produit ainsi que sur le service après vente.
➡️ Le dropshipping s’avère efficace avec une bonne stratégie de communication et un bon partenariat avec votre fournisseur afin de ne pas être décrédibilisé auprès de vos clients en cas de rupture de stock ou mauvaise gestion de la logistique. Attention, étudiez les frais de livraison de votre fournisseur qui se répercutent sur votre stratégie de prix.

Une bonne méthode pour commencer un business qui peut s’avérer très puissante avec une bonne stratégie digitale et commerciale !

Asdoria, l’Agence Web e-commerce à vos côtés

Vous avez besoin davantage de conseil pour votre stratégie commerciale et webmarketing ?
Chez Asdoria, quelles que soient vos méthodes de vente, nous maîtrisons toute la chaîne du e-Commerce depuis plus de douze ans. Rencontrons-nous et discutons de votre projet ensemble.

Posted by Julie Sébille

Responsable Marketing Digital : Exacerber la puissance du e-Commerce

Être une Agence Digitale ne se cantonne pas au « simple » fait de créer des sites. C’est aussi connaître les méthodes, les stratégies, les comportements des internautes pour créer des sites marchands ou vitrine, mais avant tout des sites qui fonctionnent. Et c’est là toute la subtilité.
Nous vous parlons souvent de la technicité nécessaire pour pouvoir s’assurer d’une bonne performance. C’est vrai. Le Web Marketing est là pour animer votre site de manière stratégique. Déployer votre visibilité, être à l’affût de vos méthodes de vente, s’assurer d’une bonne rentabilité de votre e-commerce et vérifier qu’aucune anomalie n’interfère avec le bon fonctionnement des ventes.

C’est le rôle de Xavier, au sein de l’Agence. Sa mission ? Gérer l’intégralité du Marketing Digital de l’un de nos clients réalisant plus de 4.5 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel en n’utilisant que le canal digital. Découvrez sa vision du Web Marketing et de l’enjeu de ce poste au sein de votre entreprise :

En quoi consiste ton rôle de responsable Marketing Digital et e-commerce de l’un des clients de l’Agence ?

Bonne question, je vais essayer d’y répondre brièvement !
Tout d’abord, il est nécessaire de remettre les choses dans leur contexte. Aujourd’hui, le terme Web Marketing veut tout et rien dire. Tout dire, car tout le monde est dans une démarche marketing, chaque individu et chaque société. Rien dire, car il n’y a pas de règles bien précises qui « bornent » le métier, les techniques sont illimitées. Le Marketing c’est tout d’abord une culture, une manière de penser. C’est une démarche qui met en œuvre des moyens dans le but de réaliser un objectif rentable.

Rapprochons tout cela de notre métier et dans un contexte digital maintenant : le rôle du responsable Web Marketing est de définir une stratégie digitale, liée à des objectifs commerciaux, la contrôler, la faire évoluer et en mesurer les résultats. C’est un rôle extrêmement polyvalent. Prendre le rôle de RM en agence web pour le compte d’un client peut être complexe.

En général, le RM est déjà présent chez le client et c’est lui qui travaille ponctuellement avec une agence : relation client/prestataire.

L’externaliser chez une agence web, c’est la recette magique Asdoria. L’agence est par définition « à jour » voire en avance sur les technologies web.
En tant que « business accélérateur », c’est la promesse faite au client qui souhaite délocaliser son service Marketing chez Asdoria : un Web Marketing proche avec le client et qui a une avance concurrentielle du point de vue technique.

En tant qu’expert du Marketing Digital, quelles sont tes missions quotidiennes ?

Nous fonctionnerons par thème, prenons par exemple le thème le plus populaire « Prendre des parts de marché online » :

  • Générer du trafic dans une démarche de conversion et de ROI.
  • Mener des actions promotionnelles, étudier les ventes, segmenter un catalogue et définir des tarifs.
  • Gérer des boutiques en ligne : travailler sur des créations ou refontes, jouer sur des leviers pour maximiser les conversions…
  • Conquérir de nouveaux marchés : négocier avec de nouvelles marketplaces, créer des partenariats à l’étranger…
  • Et surtout « statistiquer », le RM se doit d’avoir son propre Dashboard.

Selon toi, les Marketplace seront un élément incontournable dans la stratégie de développement eCommerce des entreprises d’ici quelques années ?

Excellente question, merci de me la poser !
C’est déjà le cas. Incontournable oui, car la marketplace influence forcément n’importe quel business en ligne.
Une marketplace qu’est ce que c’est ? C’est un endroit du web à fort trafic où les marchands (au pluriel) proposent des produits (parfois les mêmes) à des acheteurs.
La concurrence étant rude, la marketplace tend à tirer les prix vers le bas, c’est donc à la fois un redoutable concurrent ainsi qu’un judicieux allié.

« Pourquoi acheter sur une boutique en ligne quelconque alors que la promesse Amazon est tellement forte ? »

Le prix marché, c’est Cdiscount qui le fixe aujourd’hui. Pour un e-Commerçant qui souhaite vendre une gamme de produits online, attention de réaliser un bench précis surtout sur les marketplaces. Une politique de prix plus élevés qu’Amazon est difficile à concevoir. Pourquoi acheter sur une boutique en ligne quelconque alors que la promesse Amazon est tellement forte ? Un prix au plus bas et une livraison le lendemain… Le e-commerçant doit se démarquer et proposer une promesse client forte : une garantie étendue, des délais de retours et échanges plus longs, des paiements différés, une appartenance à la marque

D’autre part, vendre sur Mano Mano c’est l’assurance d’être immédiatement exposé à des dizaines de milliers de clients potentiels. Et donc potentiellement de vendre très rapidement. Aujourd’hui la marque Bosch est présente en son nom propre sur Mano Mano et propose plusieurs gammes aux clients de la marketplace.
Quel est le but ? Renforcer la notoriété et la présence de la marque.

C’est un business model qui se réfléchit sérieusement, tant les objectifs sont multiples.

Pour toi, quelle est la mission la plus enrichissante et satisfaisante que tu as accomplie jusque-là ?

Vendre sur des marketplaces à l’étranger. Ça, c’est de la vraie conquête de part de marché ! La frontière peut parfois être mince entre commerce et marketing, mais réussir à faire référencer ses produits sur un nouvel axe de vente et en plus dans un pays différent, c’est une vraie satisfaction.
La volonté de s’internationaliser est toujours motivante, et ça nourrit une certaine ambition. C’est un peu comme une validation, le niveau 1 est terminé, on peut passer au niveau 2.

Quels sont tes outils webmarketing de prédilection ?

Il existe une multitude d’outils, pour gérer les projets, étudier le SEO, le trafic… Le rôle du RM c’est aussi de challenger et donc de proposer de nouveaux outils, de s’adapter ! Tout bouge très vite, le meilleur outil, c’est le suivant. Il y a bien sûr les incontournables statistiques Google pour le suivi de trafic, positionnement et comportement utilisateur. Au-delà de ça, le meilleur outil est un tableau de bord sur-mesure. Les décisions se prennent en fonction des chiffres : fréquentation, panier moyen, taux de ré-achat, marge… Chaque business est spécifique, un outil standard ne saura pas répondre aux besoins.

Et enfin, quel est ton aspect favori du métier ?

L’instantanéité !
C’est là, la force de l’agence, reposer sur des compétences multiples et variées pour une forte réactivité. Réactivité pour corriger des problèmes bien sûr, mais surtout pour le lancement de nouvelles opérations. Le « Time to market » est réduit au maximum et c’est ce que recherche un client (de l’agence) : une concertation sur le besoin, une conception réfléchie mais accessible et une mise en exécution rapide. Un résultat à la hausse dans un laps de temps toujours plus court, je pense que c’est ça « business accélérateur », non ?

*****

Et vous, sur quels canaux digitaux déployez-vous vos produits ? Comment élaborez-vous votre stratégie de marketing digital ? Besoin d’aide, un conseil ? Notre Agence réuni plus de 28 experts comme Xavier dans tous les domaines du web. Web Marketing, développement et programmation, référencement et rédaction, infrastructure web, graphisme et design, stratégie, consulting

Vous voulez-en savoir plus ? Suivez notre actualité sur les réseaux sociaux, ou prenez rendez-vous pour venir nous voir à l’Agence (dans le respect des règles sanitaires en vigueur évidemment) !

Posted by Julie Sébille

e-Commerce VS Commerce traditionnel : ce qui change dans votre entreprise

Le e-Commerce, ce sujet d’actualité qui a touché de nombreuses entreprises cette année. Avant de se lancer tous azimuts, il est important de savoir que mettre en place un projet e-Commerce a des impacts importants dans l’entreprise. Lorsque l’on vend sur internet, la notion du temps pour la démarche commerciale change du tout au tout par rapport au commerce traditionnel. Mais ce n’est pas tout. Le digital impacte l’ensemble de l’organisation de votre entreprise. Administration des ventes, logistique, comptabilité… Certains services devront s’ouvrir et s’ajouter aux bureaux existants. Nous vous proposons aujourd’hui d’examiner de plus près ces impacts du e-commerce par rapport à votre commerce traditionnel, à travers des cas clients que nous avons rencontré ces dernières années.

Le e-commerce vs le commerce traditionnel : une réactivité immédiate

Le plus important est sans doute le changement de la base de temps pour la démarche commerciale. Dans le mode dit “traditionnel” par opposition au mode “e-Commerce” ou de commerce Digital, une base de temps en jours voir semaines est monnaie courante. Qui n’a pas attendu et relancé un commercial pour avoir un devis pour tel ou tel produit.

En mode eCommerce la base de temps est l’heure et quelques fois la minute. Le prospect qui questionne et que l’on laisse sans réponse est perdu. Il est passé au résultat suivant de Google search où au produit suivant de sa Marketplace. Le Chef d’entreprise aura donc à cœur de sensibiliser et de motiver les troupes sur ce sujet.

Créer des entités digitales au sein de votre entreprise

Cette problématique induit souvent de tels changements dans l’entreprise qu’il est préférable de créer un petit noyau d’acteurs digitaux plutôt que de généraliser (saupoudrer) le digital dans tous les services.
D’autant que souvent vu comme une nouveauté abstraite et mal connue, le e-commerce inspire autant de refus primaires que d’engouement. Comment faire pour intégrer les frileux au projet et canaliser les envies des pressés ?

Chez ASDORIA nous recommandons souvent la création de deux entités (appelez-les comme vous le souhaitez : services, départements, groupes, tasks force, BU, …) que sont la Digital-Factory et la Digital-Academy.
Ces deux entités, sous la responsabilité d’un Responsable Digital ont comme missions, respectivement : la construction des solutions e-commerce et digitales dans l’entreprise et la sensibilisation et la formation des personnels à ces sujets.

Nommer un Responsable Digital et réunir autour de lui une équipe motivée, apte à répondre aux demandes est souvent LE facteur clef de succès d’un projet Digital.
Les autres services impactés par le e-Commerce sont la logistique, l’ADV (Administration des ventes), la comptabilité, le SAV, la direction financière.
Nous recommandons souvent d’associer aux membres permanents de la Factory, des membres consultés des autres services.

Le driver clé du Responsable Digital, bien avant le CA ou la Marge est la notation sur la ou les plateformes.
Le choix du Responsable Digital est crucial pour un chef d’entreprise. Le profil idéal combine une autorité naturelle, une connaissance étendue plutôt que profonde du monde Digital et une vraie capacité à être un paratonnerre des foudres aussi bien de la direction (en attente de R.O.I), que des équipes ou des clients.

e-Commerce vs commerce traditionnel : la logistique se voit perturbée

Il est important d’aborder les conséquences du déploiement d’un système de vente digitale sur la branche logistique de l’entreprise.

Commerce traditionnel multi-produit VS e-Commerce mono-produit

Pour une PME standard qui commercialise ses produits via une équipe commerciale ou des agents, les commandes sont généralement constituées de nombreux produits. Les particuliers ou les artisans passent des commandes de produits, accessoires, consommables, etc . et les revendeurs des commandes de réassort. Mais au final, la logistique se doit de traiter majoritairement des commandes avec plusieurs produits ; les commandes mono-produit étant exceptionnelles.

Contrairement au commerce traditionnel, dans le e-Commerce, le client final va généralement passer commande d’un seul produit. Chez ASDORIA nous constatons que nos clients reçoivent 92% des commandes en mono-produit. Une plateforme de ventes Web qui fonctionne génère un très grand nombre de petites commandes.

e-Commerce et logisitique, étude de cas

Il y a quelques années, nous avons accompagné une PME de CA 2.5 M€ dans sa transition vers le commerce digital.

  • Pour réaliser son chiffre, elle traitait environ 1800 commandes en une année.
  • Le panier moyen ressortait à 1400 € environ.
  • L’équipe logistique de 3 personnes traitait 6 commandes par jour.
  • Le délai entre la prise de commande et l’expédition était de 6 jours en moyenne.

En 16 mois, la plateforme que nous avons développée à généré en moyenne 55 commandes par jour pour un panier moyen de 88 € HT.

Le e-commerce et la rapidité de traitement des commandes

La surchauffe a commencé très tôt. La nécessité de traiter la commande dans un délai maximum de 48h associé au volume de commandes à traiter a profondément désorganisé l’équipe. La première réaction de la direction fut donc de gonfler l’équipe. Mais si un panier de 1400 € laisse de la place à un traitement long, celui à 88 n’en laisse aucune ; bien évidemment à marge constante. La rentabilité a fortement chuté.

Il a fallu 8 mois, 3 réorganisations des entrepôts, 4 versions de la procédure de traitement pour arriver à optimiser l’échelon logistique.

Les exemples de ce type ne sont pas rares. Quand on discute avec des chefs d’entreprise qui sont passés du commerce traditionnel à la transformation digitale, l’un des sujets majeurs de dysfonctionnement est la logistique. Les points essentiels sont la réactivité des équipes, les bonnes remontées des erreurs de stocks et une liaison forte avec l’équipe approvisionnement.

Vous songiez ajouter le e-Commerce en plus de votre commerce traditionnel ? La vente en ligne demande une réelle organisation, une réflexion. Un e-Commerce qui fonctionne bien, c’est une modification profonde de votre entreprise ! Chez Asdoria, nous savons de quoi nous parlons. Depuis plus de 12 ans, notre expertise e-Commerce n’a cessé de s’adapter aux évolutions de la vente en ligne, au nouveaux consommateurs digitaux, au nouvelle structures entrepreneuriales. Notre vision est basée du le Retour sur Investissement (R.O.I.) pour nos clients, dans toutes les facettes du digital. Nous mettons toujours un point d’honneur à vous accompagner dans l’élaboration ou le changement de votre stratégie digitale, afin que ce nouvel axe de vente  fonctionne concrètement et ait un réel impact positif sur votre chiffre d’affaires.

Vous souhaitez nous exposer votre expérience digitale au sein de votre entreprise ou discuter d’éventuels projets, vous souhaiteriez des conseils avant de vous lancer dans la vente en ligne ? Vous avez d’autres questions concernant le commerce traditionnel VS le e-commerce ? Nous sommes disponibles du lundi au vendredi, à l’Agence, par mail, ou par téléphone.
Alors, discutons-en !

Posted by Julie Sébille

KTM Online : Comment réorienter la stratégie e-commerce d’une marque connue et reconnue ?

KTM Online, Revendeur officiel des produits de la marque KTM, entrait dans la zone rouge de son site e-commerce. Après 5 ans de « bons et loyaux services », il était temps d’en changer pour pouvoir passer à la vitesse supérieure. Souligné par un déménagement des entrepôts et du magasin conférant des capacités de stockage bien plus avantageuses, KTM Online était prêt pour recevoir de nouveaux arrivages de produits. S’en découlait donc un besoin d’une meilleure gestion des stocks, d’une meilleure organisation des catégories, d’un site plus clair, moderne et visuellement attractif, performant techniquement et concrètement parlant.

Ce nouveau projet s’est avéré être bien plus qu’une simple refonte mais une réorganisation complète de la stratégie e-commerce de l’entreprise ! Un défi accepté avec plaisir pour Asdoria, experte e-Commerce depuis 12 ans.

Une histoire de Marketing Digital

Tout commence par le département Marketing. Lorsque nous avons entamé le projet avec KTM Online, la première étape a été de l’analyser dans son marché global. Deuxième étape, répertorier les actions jusque-là opérées pour pouvoir lancer une nouvelle orientation stratégique e-Commerce adaptée à ses objectifs.

Benchmark, positionnement et objectifs

Cette analyse est composée par des phases de benchmark intensives, d’une étude précise du mix marketing de l’entreprise. Nous avons ensuite décortiqué le référencement naturel (SEO) dont bénéficiait le site initial pour établir un état des lieux complet du référencement acquis.

Discuter, comprendre, échanger avec son client pour bien appréhender son positionnement de marque et ses objectifs dans son domaine d’activité et son marché global : la clef du succès pour pouvoir établir un nouveau projet qui tient parfaitement la route !

Lancement des maquettes et timing opérationnel

S’en sont ainsi suivies les créations des UX (User Experience, les maquettes techniques du site qui prennent en compte les habitudes et attentes des internautes) et les UI (User Interface, la patte graphique de la marque, sa touche personnelle qui dynamise et donne l’âme d’un site). Et bien entendu, l’intégration des nouvelles fonctionnalités dans ces maquettes, prêtes à donner un vent de fraîcheur et de performances à KTM Online.
Une fois la compréhension du client et de ses besoins confirmée, des UX, UI et propositions des nouvelles fonctionnalités validées, il est temps de passer au phasage de la montée en performance technique et commerciale digitale de l’entreprise !

Product Manager : place à la technique

Comment faire lorsque votre entreprise propose à la vente des milliers de références ? Comment bien gérer ses contenus et les proposer efficacement à la vente ? En utilisant un PM. Le Product Manager gère l’organisation complète de votre système de mise à la vente produits.

La technique du développement sur-mesure au service de la performance

Mais attention, pas n’importe quel Product Manager. Un PM sur-mesure développé par Asdoria. Un PM qui colle parfaitement aux besoins, aux produits, et à leur qualifications.
Il a fallu mettre en place ces outils sur-mesure et les adapter à la base de données KTM Constructeur.

Création stratégique d’un outil évolutif

Cela incombe une étude de la base de données, une préconisation technique de la part de notre Responsable Stratégie WebMarketing, d’un développement technologique poussé par nos tech leads et développeurs full-stack, d’une organisation précise du workflow, et bien entendu, d’une formation d’utilisation pour notre client.
Et comme les besoins et les produits d’un client fluctuent dans le temps, cet outil s’adapte afin de permettre à la firme de capitaliser sur une technologie évolutive et pérenne. Une valeur sûre pour la montée en puissance de la boutique en ligne de KTM Online.

Synchronisation avec l’ERP spécialisé Auto/Moto de KTM Online

Et qui dit Produit, dit aussi commande, dit également gestion… dit ERP. Impossible de fonctionner sans l’outil qui centralise les commandes produits, la gestion des stocks, ou même la gestion administrative et financière.
L’idée grandement réalisée ? Une connexion entre l’ERP et le nouveau site e-Commerce fraîchement développé sous Prestashop.

De l’Humain dans le digital avec l’accompagnement d’entreprise e-Commerce

Chez Asdoria, nous savons que pour faire monter en puissance un business, il ne suffit pas de développer une excellente solution. Il faut également accompagner son client dans ce processus !

Accompagnement à la recherche de ressources humaines

Pour l’évolution de KTM Online, leur équipe se devait de s’agrandir pour mener à bien le projet. C’est pourquoi nous avons défini ensemble le poste de eCommerce Manager pour aider les responsables de l’entreprise à s’entourer des meilleures compétences dans leur nouvelle stratégie digitale.

Accompagnement stratégique et technique

Nous avons également accompagné et conseillé notre client pendant plusieurs mois afin de l’orienter sur les stratégies à adopter pour l’amélioration de son business. Enfin, et même après livraison, nous effectuons une maintenance régulière et une préconisation technique de performance du site afin de toujours veiller à la réussite de notre client !

Le projet de la refonte e-Commerce de KTM Online, avec la création de son Product Information Manager est une très belle aventure pour Asdoria et nous sommes fiers aujourd’hui de vous présenter le nouveau site de vente en ligne du revendeur officiel de KTM ! Un projet qui, dès sa mise en ligne, montre déjà de belles performances de ventes !

Posted by Julie Sébille

Comment améliorer votre système de vente en ligne en 4 points

Pour les eCommerçants l’annonce du confinement de ce début d’année a été brutale et soudaine. Pour la plupart, les conséquences pratiques n’ont pas été étudiées en amont et donc elles ont dû réagir à la situation avec leur moyens et leur forces. Aujourd’hui l’économie est encore menacée d’un deuxième potentiel confinement. Profitons-en pour évaluer votre système de vente en ligne et soulever les points d’amélioration pour être mieux préparé cette fois-ci.

Des ventes qui fonctionnent, une organisation interne qui doit suivre

Si l’on regarde tout d’abord ce qui a continué de fonctionner, il faut citer les plateformes techniques. En effet les gros hébergeurs de serveurs ont une expérience forte en situations de crises et ont de nombreuses solutions pour faire face à des catastrophes. Les PRA (Plan de Reprise d’Activité) permettent de résoudre les effets de la perte d’un bâtiment, de l’incapacité d’accès aux personnels, etc …

De ce fait les clients confinés chez eux disposant d’ordinateurs ou de smartphones pouvaient alors passer autant de commandes que souhaité.

C’est là que cela se gâte.

Le premier échelon dans l’entreprise qui traite les commandes est l’équipe ADV (Administration des Ventes).

Deux soucis à gérer : la disponibilité des personnels, souvent en télétravail forcé et la capacité de l’ensemble des outils d’être accessibles de manière sécurisée depuis le domicile des personnels.

Des points essentiels à mettre en place pour résister

Si l’on résume les impacts du confinement de ce premier semestre 2020, les entreprises qui ont bien résisté sont celles qui ont sécurisé ces pôles :
Disposer de la plateforme de vente opérationnelle (SAAS, Assistance, …)
Disposer d’une équipe de Marketing Digitale opérationnelle (Préparée au télétravail).
Disposer d’un centre logistique opérationnel (Organiser les entrepôts, le picking, l’expédition en silos pour éviter les trop grandes interactions entre les personnes.
Disposer d’accord d’approvisionnement permettant le réassort des stocks et le transport des marchandises.

Disposer de la plateforme de vente opérationnelle (SAAS, Assistance, …)

Avoir un site, ou votre système de vente qui fonctionne. C’est effectivement le minimum requis, difficile de faire des ventes web si la plateforme n’est pas en ligne et opérationnelle.
Mais il faut tenir en compte tous les aspects pour qu’elle puisse en effet fonctionner :

  • Hébergement chez un prestataire qui garantit le fonctionnement. Si vous hébergez chez quelqu’un qui ne peut accéder à ses serveurs car lui-même confiné, vous êtes au même point. Idem si vous hébergez chez vous (dans votre entreprise) le serveur web.
  • Disposer d’un contrat d’assistance pour les pannes et bugs qui peuvent survenir.
  • Disposer d’une bande passante suffisante et garantie. En effet nous avons eu l’exemple d’un client qui hébergeait de manière mutualisée et qui ne pouvait satisfaire ses visiteurs du fait du partage de la bande passante avec des sites eux-mêmes très sollicités.

Disposer d’un centre logistique opérationnel

Il y a deux aspects dans la logistique, un aspect purement virtuel : les ordres de préparation et expédition doivent parvenir à l’entrepôt. Et un aspect purement RH : Il est nécessaire d’avoir une équipe disponible pour la préparation des commandes. Le point numéro un est purement technique et déjà abordé. Pour le point numéro deux c’est un problème organisationnel qui doit être pensé en amont.

L’organisation opérationnelle des entrepôts doit être pensée pour optimiser le temps de traitement des commandes, mais aussi pour tenir comptes de contraintes notamment sanitaires. Nous avons, à l’agence, relevé quelques bonnes idées comme celle de disposer des imprimantes pour les OP en tête de chaque ligne de rack, pour éviter les aller-retours. Ou alors de réserver un côté de rack pour l’approvisionnement (réception) et un côté pour le picking. Ainsi les employés ne se croisent jamais. Bien évidemment il s’agit là de quelques astuces simples, je ne prétend pas être expert en logistique. Mais rappelons que nous nous adressons à des clients PME, voir TPE qui n’ont pas les moyens de construire un gros centre logistique.

Dans les bonnes pratiques notons :

  • Limitation des déplacements dans le centre logistique
  • Création de sas étanches (entre picking et préparation, entre préparation et expédition, etc …)
  • Définition des créneaux horaires sans recouvrement pour des tâches nécessitant l’accès à des ressources partagées…

Disposer d’accord d’approvisionnement permettant le réassort des stocks et le transport des marchandises

C’est là le point clef pour nombre de nos clients. Ils avaient tout anticipé : tout en SAAS (Software As A Service), Entrepôt opérationnel, Marketing à bloc, beaucoup de ventes mais …. pénurie de produits.

Le dilemme est important pour les PME qui ne peuvent pas stocker (question de coût, question de place) et qui doivent assurer un flux continu de marchandises. Ceux qui ont su fonctionner pendant tout le confinement ont souvent mis en place leur propre système de transport par exemple et distribué leur approvisionnement depuis plusieurs centre logistiques en France et en Europe : Hollande, Portugal, Italie.

Nous croyons que ce confinement a montré quelque chose d’essentiel, un peu oublié par certains (beaucoup) et qui est pourtant un excellent adage : il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Nos clients top vendeurs sont ceux qui ont gardé dans leur ADN ce principe : être partout sur tous les fronts. Alors c’est vrai que cela va souvent à l’encontre des dogmes actuels d’optimisation des flux : choisir un petit nombre de flux et les optimiser au maximum pour réduire les coûts et maximiser les gains. 

Ce que le confinement a montré c’est que ceux qui étaient présent sur leurs sites, plus les marketplaces, avec entrepôt en propre, plus entrepôt sous-traité, plus fulfillment, plus dropshipping, avec sourcing France, plus Europe, plus Asie, … s’en sortaient beaucoup mieux. 

Doit-on craindre un retour du confinement massif ? Probablement pas mais nous ne disposons pas de boule de cristal. Par contre ce que l’on pense et répète à nos clients, c’est qu’il faut se préparer à des événements hors de l’ordinaire car ils risquent de se reproduire dans l’avenir.

Centraliser les informations pour mieux gérer l’écosystème ecommerce

Chez ASDORIA nous avons depuis 5 ans bâti une solution complète en SAAS : depuis, bien évidement, le back-office des boutiques mais aussi l’ERP, le logiciel logistique, le CRM, … Un système d’impression centralisé permet de rediriger les travails vers les bonnes imprimantes sans besoin de paramétrage complexe du poste utilisateur (souvent le PC ou le Mac privé de la personne).
Pendant la phase de confinement, nos clients ont tous pu travailler en Home Office comme s’ils étaient sur site. Avec tous les sites et applications en https, le SSO (Single Sign On, une seule authentification) et la double Authentification (OTP sur mobile), n’importe quel poste devient un poste de travail en quelques minutes. La sécurité est optimale et aucune donnée n’est stockée sur le poste de travail.

Ce que couvre notre solution full SAAS :

    • SSO + Double Authent OTP Mobile
    • Full HTTPS
    • Boutiques web Front et Back-office
    • Push produits sur Places de Marché
    • ERP Synchronisé DOWN et UP avec Boutiques et Marketplaces
    • Push Logistique pour Picking Expédition
    • Génération Auto Etiquettes transporteurs
    • Impression automatique sur imprimantes entrepôt (multi-imprimantes, multi-entrepôt, …)
    • NAS (NetWork Area Storage) pour PDF, Photos, vidéos, textes, …
    • Rédaction documents partagés multi-utilisateurs

Au delà des compétences techniques, nous accompagnons nos clients sur le côté stratégique de la vente eCommerce en analysant leur process (process d’achat, de stockage, de vente, de SAV, etc ..) afin d’isoler et de traiter les points faibles.

Posted by Julie Sébille

La boutique Rentable VS la Boutique « Bankable »

Dans le monde des eShops, en tant qu’Agence Web Spécialisée e-Commerce nous sommes souvent confrontés au problème du positionnement tarifaire de la boutique.

Modèle Rentable ou Modèle « Bankable » ? Quelles sont les différences et les intérêts ?

Rentable ou Bankable, 2 modèles qui s’affrontent

Disposer d’une boutique rentable, c’est à dire où le positionnement prix est suffisamment élevé pour que la marge dégagée après déduction des commissions, charges, coûts divers plus des salaires des opérateurs (Saisie commandes, picking, SAV, …) reste positive.

Ou disposer d’un boutique dite “bankable” quand cette même marge est nulle, voire négative.

Où est l’intérêt vous direz-vous ? Pourquoi cette seconde boutique serait-elle bankable ?

Une question de rapidité de croissance CA

La raison principale est évidente, en vendant à perte, le volume de vente réalisé va être plus voir beaucoup plus important qu’en vendant au prix du marché. De ce fait le CA de la boutique bankable va croître beaucoup plus rapidement que le CA de la boutique rentable.

Vous direz également que la vente à perte est interdite en France, hormis lors de soldes mais finalement est-ce que nos boutiques ne sont-elles pas que des machines à exploiter des périodes de promotions ? Il suffit de regarder la part de CA dégagée par les majors lors des : soldes, prime days, black-friday, etc … par rapport au CA total annuel.

D’autre part, comment qualifier la vente à perte lorsque le calcul de la marge réelle dépend d’un mille-feuille très complexe de commissions, charges, coûts ? Commissions de TPE en forfait ou %, coûts de transports, …

Y voir clair dans ses coûts

Chez ASDORIA nous avons développé un outil qui collecte la totalité des données de ventes, achats, gestion pour en sortir une analyse de ce millefeuille. Pour nous c’est l’outil ultime pour avoir une vision clair des coûts.

Confronté récemment à des investisseurs souhaitant entrer au capital d’exploitants de boutiques internet, le modèle bankable avec un fort CA est plus attirant, attendu et séduisant que le modèle rentable.

Une vision bipolaire

Mais comme exploitant, il faut accepter de vivre en attendant un prochain tour de table permettant de vivre une ou deux années de plus en espérant une sortie par le haut.

Cette vision bipolaire est bien évidemment à moduler en fonction de situations particulières. Nous avons notamment un client qui arrive à concilier belle croissance (de l’ordre de 45 à 50 % par an minimum) depuis 5 ans avec une belle rentabilité ! Comment ? grâce à un modèle digital ultra-optimisé qui réduit les coûts de structure.

Posted by Julie Sébille

5 Questions à se poser avant de se lancer dans les places de marché

Vous souhaitez élargir vos canaux de vente en proposant vos produits sur les places de marché ?
Aujourd’hui, il est possible de rivaliser avec les grandes marques de votre secteur sur ces plateformes de vente. Mais avant de se lancer, il est impératif de se poser quelques questions.

 

Une place de marché, pour quoi faire ?

 

Avant toute chose, petite définition. Les places de marché, aussi appelées marketplace, sont des plateformes de vente qui regroupent plusieurs vendeurs et par conséquent une multitude de produits. L’internaute achète ainsi les produits (ou services) du vendeur en passant par l’intermédiaire des places de marché qui récupèrent une commission sur la vente.
Dans un premier temps, même si cela paraît logique pour certains, demandez-vous pour quelles raisons vous souhaitez proposer vos produits sur les marketplace. Il faut vous fixer des objectifs : acquérir de nouveaux clients, une meilleure visibilité, un taux de marge plus intéressant…

 

Vouloir se lancer dans les places de marché, d’accord, mais lesquelles ?

 

Il existe une pléthore de places de marché ayant chacune un positionnement différent et précis. On pense à Amazon, ManoMano, Rue du commerce, Rakuten, Fnac, Auchan, Cdiscount, Ebay, Darty, Auchan et bien d’autres. Elles ont toutes leur spécificité (bricolage pour ManoMano, l’univers de la maison pour Darty, généraliste pour Amazon etc…), et leur clientèle. Sachez qu’il faut pouvoir prouver sa légitimité au sein d’une marketplace. Vous choisissez dans un premier temps sur quelles plateformes vous souhaitez apparaître, mais ce sont les places de marché qui décideront si vous pouvez effectivement les rejoindre. Optez donc pour celle(s) qui correspondra(ont) le mieux à vos positionnements de prix/produit.

5 questions à se poser avant de se lancer dans les places de marché

Le cycle de vente via les places de marché

 

Comment faire un choix sur les produits de mon catalogue ?

 

Sélectionner les produits que vous souhaitez diffuser sur les places de marché est aussi une étape cruciale. Ces choix dépendent de la marketplace, des commissions qu’elle prend sur les ventes, de son positionnement (politique de prix élevés, ou plutôt tirés vers le bas…), de la concurrence présente sur la plateforme, des descriptifs produits… Oui, les descriptifs sont tout aussi importants ; ils doivent rassurer le client et crédibiliser votre marque, voilà un point fort qui peut vous permettre de vous démarquer.

 

En pratique combien cela coûte-t-il ?

 

Évidemment, ce n’est pas gratuit. D’une part, la place de marché requiert un abonnement mensuel fixe qui peut aller de 40 à une centaine d’euros par mois. D’autre part, il vous faudra calculer votre coût variable, dépendant des commissions que s’octroie la marketplace sur vos ventes. Chaque plateforme a ses propres pourcentages de commissions, votre prix de revient sur un même produit peut donc être différent.

Combien de temps demande un lancement sur les places de marché ?

 

Vous pouvez les intégrer à tout moment, à l’occasion d’un lancement de produit ou pour générer plus de ventes, si vous souhaitez davantage de visibilité, si vous voulez avoir plus d’influence à l’international… Mais attention, cela demande beaucoup de temps. A minima deux mois complets non-stop pour le lancement. Il faudra préparer des dossiers complets concernant votre entreprise à présenter aux places de marché : vos chiffres, vos ventes, vos délais de livraison, avec quel transporteur vous travaillez, en bref, c’est la présentation de toute la chaîne, de l’achat à la livraison finale du produit.
Le suivi d’analyse, la gestion des stocks et des commandes (incluant les retours clients !) sans oublier l’ajustement des prix une fois vos produits mis en place vous prendront au moins 4 heures par jour. Il n’y a pas de secret, être performant signifie qu’il faut veiller au grain pour agir au mieux.

 

Points forts et points faibles des marketplace

Voici brièvement les bons côtés et les risques à prendre lorsque l’on se lance dans les places de marché :

☑ Étendre sa visibilité via la réputation et la fiabilité de la marketplace, avec une garantie de trafic

☑ Maîtriser ses coûts, qui dépendent des ventes

☑ Accès et visibilité à l’international plus faciles

☑ Mobile first

☑ Peuvent représenter facilement 10 à 20% du CA d’un commerçant de type TPE – PME

☑ Les places de marché sont les plus gros sites eCommerce

☑ Valeur ajoutée : référencement web optimal

☑ Pour l’internaute, la place de marché représente + de choix, + de comparaison… Elle sert son intérêt

☒ La place de marché peut diffuser certaines de vos informations de votre entreprise : combien de ventes vous avez effectué, etc.

☒ Marge réduite + mensuel fixe à régler à la PDM

☒ Règles contraignantes (ex. : les conditions de ventes, la garantie A à Z Amazon…). C’est plus difficile pour les vendeurs à petite envergure.

☒ Guerre des prix et énormément de concurrence

☒ Clients + fidèles à la markeplace qu’au vendeur en lui-même. La fidélisation est donc plus compliquée.

Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts eCommerce et marketplace pour analyser vos ventes, gérer de la meilleure manière votre budget et prendre en main une veille permanente et omniprésente (avis clients, descriptions et caractéristiques produit, ajustement des prix, veille concurrentielle…).
Découvrez également les diverses méthodes de vente et de livraison dans le e-commerce pour vous aider à choisir sur le meilleur moyen pour développer votre entreprise et votre chiffre d’affaires grâce au digital.


N’hésitez pas à nous contacter !

 

Nos compétences :
Prestashop | Magento | Marketing Operationnel | MIRAKL | IZBERG | WIZAPLACE | Statistique | Shopping Flux | Advertising | ERP | Dolibarr | SAP | SAGE | Multicanal | Omnicanal

Posted by asdoria

eCommerce : Les Méthodes de vente et de livraison

Le eCommerce, c’est en réalité tout ce qui englobe l’écosystème de la vente digitale. Les canaux de vente sont multiples : Boutique en ligne en propre, présence sur les marketplace, social selling… Faire du eCommerce c’est savoir maîtriser tout un domaine d’actions : Création d’un site web, envoi de produits sur différentes plateformes de vente, gestion de commandes web qui affluent de toute part… Vous devez donc définir une véritable stratégie de vente digitale pour mener à bien votre business dans le digital.

Accompagné de termes qui peuvent paraître barbares et trop spécifiques, le eCommerce est pourtant en train de s’ancrer dans nos habitudes de consommation, exacerbé par la crise sanitaire de ce début d’année. C’est dans une optique de vulgarisation de ces termes que nous vous expliquons aujourd’hui, pour vous, entrepreneurs, vendeurs du web, ou simples curieux, quelles sont les méthodes de vente digitale et de livraison sur votre site et sur les places de marché.

1- Le modèle de vente digitale classique

C’est la méthode de vente et de livraison que l’on connaît tous, autant dans la vente traditionnelle que digitale  : Fournisseur / Marchand / Client final.

  1. Le Marchand commande les produits au Fournisseur.
  2. Le Fournisseur envoie les produits au Marchand.
  3. Le Marchand stocke les produits.
  4. Le Client commande les produits au Marchand.
  5. Le Marchand expédie les produits au Client.

Les +

Vous êtes maître de la chaîne de distribution du produit, de la marge à dégager, de la négociation prix d’achat des produits suivant les volumes demandés. Vous conservez les données de votre client et gérez le service après-vente. Vous êtes au coeur de la relation avec votre clientèle.

Les –

Cette méthode vous oblige à gérer des coûts de stockage, vous êtes dépendant des disponibilités produits de votre fournisseur, vous devez anticiper la saisonnalité des produits pour palier à d’éventuelles ruptures de stock.

2- Le Dropshipping

Ah ! Le Dropshipping. Le mot “à la mode”. Mais qu’est ce que c’est, au juste ? C’est la suppression du stockage dans votre chaîne de distribution, tout simplement :

  1. Le Client commande les produits au Marchand.
  2. Le Marchand commande les produits au Fournisseur.
  3. Le Fournisseur expédie directement les produits au Client.

Les +

Vous n’avez pas besoin d’espace de stockage et pouvez donc supprimer l’étape de gestion des stocks et de manutention. Vous êtes tout de même toujours en gestion du service après-vente. Le petit plus 🌳 : le produit n’est acheminé qu’une seule fois et ne passe pas par plusieurs étapes avant d’arriver au client final.

Les –

Assurez-vous d’avoir un fournisseur fiable et sérieux pour ne pas être décrédibilisé auprès de vos clients. Attention, vous n’avez plus de frais de stockage à gérer mais ils peuvent se répercuter sur les frais de livraison de votre fournisseur.

3- Le modèle Classique de vente sur les Marketplace

*Vendu et expédié par le Marchand

Vous vendez sur votre site en propre mais vous souhaitez vendre vos produits là où vous savez que vos clients se trouvent ? Rendez-vous sur les Places de Marché, aussi appelées Marketplace, telles que Cdiscount, Rakuten, ManoMano, La Redoute, Darty, Amazon… ici la méthode et les intermédiaires se complexifient un peu :

  1. Le Marchand commande les produits au Fournisseur.
  2. Le Fournisseur envoie les produits au Marchand.
  3. Le Marchand stocke les produits.
  4. Le Client commande les produits au Marchand par l’intermédiaire de la Marketplace.
  5. Le Marchand expédie les produits au Client.

Les +

Vous bénéficiez de la notoriété de la place de marché. A savoir, les marketplace bénéficient d’un fort trafic dont vous pouvez tout à fait profiter. La place de marché n’est là, dans ce cas, que pour mettre en relation le vendeur et l’acheteur. Vous gérez donc l’envoi, et le suivi après-vente de votre commande.

Les –

Cette présence ne s’avère pas gratuite. Vous devez, en plus d’un abonnement mensuel fournir des commissions sur vos ventes à la marketplace. Vous subissez également leur diktat des prix bien souvent tirés vers le bas. Vous ne conservez pas les données de vos clients, ce qui implique une gestion de votre CRM compliquée.

4- Le modèle Marketplace + Dropshipping

*Vendu et expédié par le Marchand

Nous préférons vous prévenir, tous les prochains modèles seront développés avec les marketplace comme ingrédient principal. Ces plateformes vous permettent de plus en plus de pouvoir vendre et expédier de manière flexible en terme de méthodologie. Ici, les modèles 2 et 3 se mélangent :

  1. Le Client commande les produits au Marchand par l’intermédiaire de la Marketplace.
  2. Le Marchand commande les produits au Fournisseur.
  3. Le Fournisseur envoie les produits au Client.

Les +

Vous n’avez pas besoin d’espace de stockage et pouvez donc supprimer l’étape de gestion des stocks. Vous êtes tout de même toujours en gestion du service après-vente. Le petit plus : le produit n’est acheminé qu’une seule fois et ne passe pas par plusieurs étapes avant d’arriver au client final.

Les –

En plus des aspects présentés dans le modèle précédent, assurez-vous d’avoir un fournisseur fiable et sérieux pour ne pas être décrédibilisé auprès de vos clients. Attention, vous n’avez plus de frais de stockage à gérer mais ils peuvent se répercuter sur les frais de livraison de votre fournisseur.

5- Le modèle Marketplace Fulfillment

*Vendu par le Marchand, expédié par la Marketplace

Vous avez une stratégie de déploiement bien ficelée ? Vous savez quels produits fonctionnent le mieux suivant les différents canaux de vente utilisés ? Profitez du fulfillment sur les places de marché ! Vous êtes bien présenté comme le vendeur du produit, mais il est expédié par la marketplace. Les clients qui achètent vos produits en fulfillment bénéficient des avantages proposés par la Marketplace pour la livraison du produit (Amazon Prime ou Cdiscount à volonté, par exemple).

  1. Le Marchand commande les produits au Fournisseur.
  2. Le Fournisseur envoie les produits au Marchand.
  3. Le Marchand stocke les produits.
  4. Le Marchand envoie les produits à la Marketplace.
  5. La Marketplace stocke les produits.
  6. Le Client commande les produits au Marchand par l’intermédiaire de la Marketplace.
  7. Le Marketplace expédie les produits au Client.

Les +

Le client final a accès au service premium de la marketplace (type « livraison offerte), et vous êtes affiché en tant que vendeur premium. Vous avez donc plus de chance d’accéder à la buy box (cette fameuse « boîte d’achat » tant convoitée et qui vous met en avant en facilitant la prise de commande au client). Plus de chance, donc, d’être visible par vos clients, la possibilité d’avoir moins de commissions à reverser. Vous ne gérez plus les éventuels problèmes de livraison vis à vis du client final : la Marketplace s’en occupe.

Les –

La Marketplace prélève toujours des commissions sur vos ventes, en plus d’un abonnement mensuel. A cela s’ajoutent des frais de stockage et de préparation de colis, sans compter le fait que vos produits vont subir à minima trois voyages avant d’arriver au client final. Les normes d’envoi des palettes de produits sont contraignantes, et les marketplace sont intransigeantes sur la qualité de l’empaquetage, sous peine de refuser vos palettes. Soyez irréprochables.

6- Le modèle Marketplace Fulfillment + Dropshipping

*Vendu par Marchand, expédié par Marketplace

A ce stade, en général, vous avez déjà derrière vous quelques années d’expérience dans la vente en ligne et connaissez parfaitement vos produits phares. Avec cette méthode de vente, vous ne gérez plus que les produits qui vous intéressent sans avoir à gérer leur stock ! Vendre sur les marketplace en utilisant le système de fulfillment et dropshipping signifie que ce sont votre fournisseur et la marketplace qui gèrent la distribution de votre produit.

  1. Le Marchand commande les produits au Fournisseur.
  2. Le Fournisseur envoie les produits à la Marketplace.
  3. La Marketplace stocke les produits.
  4. Le Client commande les produits au Marchand par l’intermédiaire de la Marketplace.
  5. Le Marketplace expédie les produits au Client.

Les +

Vous bénéficiez d’un coût de transport en moins (voir zéro avec les conditions franco de port). Vous n’avez pas de coût de stockage en interne mais attention il est reporté sur la marketplace qui elle, stocke vos produits expédiés par palettes. Vous avez l’avantage de ne pas avoir à faire les préparations de colis & palettes. Enfin, point non négligeable, la Marketplace gère également tous les problèmes concernant le transport de vos produits jusqu’au client final.

Les –

Attention, cette méthode demande une excellente coordination avec votre fournisseur : Les normes d’envoi de palettes étant contraignantes et n’ayant aucun moyen de vérification du travail de votre fournisseur, il vous faut une réelle relation de confiance pour mener à bien ce fulfillment + dropshipping avec les marketplaces.

Évidemment, il existe d’autres moyens pour vendre en ligne ! Aujourd’hui, les possibilités se développent de plus en plus.
Un point volontairement omis, qui fera sujet d’un autre article très prochainement : la vente sur les marketplace en tant que « vendor ». Vous devenez fournisseur de la Marketplace, qui s’approprie le produit et la fiche produit, pour le vendre en son nom. C’est une méthode qui se situe encore un cran plus haut par rapport à ces 6 derniers modèles présentés.

Ca tombe bien, chez Asdoria, le eCommerce c’est notre spécialité. Habitués aux différents modes de vente, nous avons appris à nos clients, en fonction de leur stratégie à utiliser ces différents moyens pour faire augmenter leur CA, leur notoriété, leur ROI… Tout un art 😉.

Posted by Julie Sébille

Sylius, la star montante du e-Commerce

Il est loin, le temps où l’on vous dressait le comparatif d’un Woocommerce VS un Prestashop ! Aujourd’hui, ce bon vieux Prestashop, utilisé et réutilisé va se voir placé en concurrence avec la star montante du moment : SYLIUS.

Vous en avez déjà entendu parler ?

Sylius, qui es-tu ?

Bien que Sylius commence à faire du bruit depuis quelques années, il est bon de savoir que le projet existe depuis 2010. Au passage, Sylius est une surcouche du framework Symfony, né en 2005.

Pourquoi n’en entendre parler que maintenant ? Car à l’inverse de ses consoeurs, Sylius a passé énormément de temps en R&D afin de proposer un outil stable, fiable et utile dès sa sortie.

A la base bien plus utilisé par les initiés que le grand public, Sylius connaît une première version stable en 2017. C’est là que tout s’accélère. Les développeurs qui l’utilisaient déjà découvrent une version bien plus élaborée qui promet encore plus de grands projets de développement web. Une réussite.

La valeur ajoutée de Sylius : Sa polyvalence

Alors, qu’est ce que cette solution a-t-elle de plus que ses homologues tels que Prestashop, étant déjà sur le marché depuis des années ?

Une polyvalence à toute épreuve.

Sylius vous permet si bien de créer un eCommerce de petite envergure qu’un eCommerce aux ambitions démesurées.

Là où un Prestashop verra des limites passé 5.000 commandes par mois, Sylius ne vacillera même pas à la 10.000ème commande mensuelle.

Une infinité de possibilités

Le plus ? Vous pouvez développer avec cette même solution votre propre Product Information Manager, automatiser le traitement de vos commandes, et développer un front-office qui colle parfaitement à l’image que vous aviez en tête.
Les fonctionnalités et développements étant créés sur une même base de code, les briques qui composent Sylius s’assemblent toutes à merveille. Pas de risque de mettre en péril la stabilité de votre code au moindre ajout de fonctionnalité.

Il ne faut pas négliger la capacité de Prestashop de comprendre une multitude de possibilités d’ajouts et de développements grâce à ses add-on spécifiques sur à peu près tous les domaines.
Cependant, c’est cette même capacité à pouvoir gérer tous ces aspects qui a la fâcheuse tendance de le rendre bien trop souvent instable.

Sylius : des bases solides

Sylius, cette surcouche eCommerce basée sur SYMFONY a la grande qualité d’avoir des bases solides. Grâces à elles, Sylius répond aussi bien que Prestashop à toutes vos demandes (gestion des langues, des catégories de produits, attributs et variantes de produits… tous les besoins nécessaires pour gérer votre eCommerce) sans risquer de mettre en péril les fondements du fonctionnement de votre boutique.

C’est cette qualité de code et cette énorme communauté de développeurs qui permet à Sylius d’être une solution maintenable et qui se met facilement à jour sans corrompre les versions précédentes (contrairement à la plupart de ses concurrents…).

La solution tech développée PAR et POUR les développeurs

Il peut également supporter de grosses charges car il bénéficie d’une qualité assez exceptionnelle : Sylius a été développé PAR les développeurs POUR les développeurs. Il est donc “malaxable” afin de façonner votre solution Sylius selon vos intérêts, à l’inverse d’un Prestashop plutôt pensé pour être utilisé presque immédiatement mais qui n’est pas prévu pour supporter de nombreuses modifications.

Attention, Sylius bénéficie d’une excellente technicité. L’avantage est que pour un eCommerce relativement simple et classique, il est tout à fait possible d’utiliser des plugins créés ou propulsés par Sylius. Cependant, pour des développement spécifiques, il vous faudra avoir affaire à des développeurs ayant de bonnes connaissances PHP Symfony pour pouvoir exploiter toutes ses possibilités même sur des ponts avancés.

Vous pourrez ainsi facilement installer une toute petite boutique, tout comme vous pourrez développer facilement une véritable machine de eCommerce à des envergures bien plus “folles”.

Un système de briques qui s’emboîtent parfaitement

Revenons à ce que l’on aime le plus chez Sylius :
Sa polyvalence, son code propre et épuré, ses possibilités de rétrocompatibilité, son système de briques permettant de développer des outils puissants. Enfin, son adaptabilité pour s’intégrer à tous les systèmes d’infos externes relatifs au commerce en ligne tels que votre ERP, votre PIM, ou votre CRM…

Si l’on éclate Sylius en un schéma simple, on pourrait le représenter sous forme de briques. Il possède donc une brique produit, une brique gestion utilisateur, etc. Chacune de ces briques peut ainsi s’utiliser indépendamment.

C’est donc la porte ouverte pour pouvoir développer non seulement votre solution eCommerce mais toute la stratosphère qui gravite autour de votre domaine d’activité !
Gestion de contenu CMS, Administration des ventes… vous pouvez, avec quelques développeurs aguerris développer l’ensemble de vos besoins eCommerce selon votre propre cahier des charges sans avoir à passer par une solution prédéfinie avec ses qualités mais également ses défauts.

Sylius en bref :

Ce qu’il faut retenir de cette solution :

Bien plus qu’une nouvelle corde à notre arc

Passionnés de nouvelles technologies et méthodes de développement web, l’arrivée de Sylius ne nous a pas laissés de marbre. Nous avons appris à maîtriser ses codes et avons découvert avec passion et enthousiasme l’intégralité des possibilités que cette solution pouvait offrir pour les projets de nos clients.

Pour Asdoria, Sylius est définitivement la star montante du système eCommerce, l’allié de taille pour faire de votre projet web une belle réussite : Des développeurs qui maîtrisent Symfony réalisent un projet en un temps de conception beaucoup plus court ! Ce qui, in fine, conclu à une maintenance et un temps de développement beaucoup moins coûteux qu’un projet développé sous un outil standard.

Une solution, qui a tout pour plaire, que ce soit du côté tech que du côté clientèle !

Posted by Julie Sébille

Bouleversement des comportements d’achat : le eCommerce, l’habitude numéro un de demain ?

Corps médical, commerce, citoyens : la crise transforme l’état d’esprit général.

Cette situation exceptionnelle oblige à penser autrement.

Qui n’a pas vu l’afflux de publications sur les réseaux sociaux parlant de retour au sources, de retrouver du temps considéré comme perdu, de se recentrer sur les personnes que l’on aime.

Mais qui n’a pas vu également les messages de détresse des commerçants ayant dû fermer, s’inquiétant du manque à gagner et des conséquences post-covid-19. Des commerçants à l’arrêt, qui ont peur pour leur économie et l’économie générale malgré les promesses de l’Etat.

Économie : Alors que le commerce traditionnel souffre, le eCommerce explose.

En parallèle une autre information fait surface : la constatation de la hausse incroyable de l’utilisation de la vente en ligne. Ce eCommerce, longtemps décrié car il tuait des emplois et réduisait drastiquement les relations humaines, est aujourd’hui vu comme salvateur pour les entreprises, un maintien de l’activité commerciale et donc, des sociétés qui l’utilisent. En trois jours seulement, il bat des records. Ironie du sort ? Ce changement soudain s’explique pourtant facilement : En pratique, la population Française (ainsi que de nombreux pays européens) est cloîtrée chez elle à cause du coronavirus. Son seul contact avec le monde extérieur ? Internet. Les opérateurs se retrouvent également face à une hausse d’utilisation si énorme qu’ils travaillent d’arrache-pied pour éviter une coupure partielle de leur système.

Outre les divertissements en tout genre et une connexion avec les informations en temps réel dans le monde entier 24h/24, ce World Wide Web permet aux citoyens d’acheter. Ces acheteurs se fournissent sur les grandes plateformes, telles qu’Amazon, ayant dû embaucher en urgence environ 100.000 personnes pour continuer de fonctionner normalement, et augmenter la paie de ses salariés pour les récompenser de cet effort considérable demandé par la crise actuelle. Mais les plus petites boutiques de vente en ligne sont également impactées. De l’alimentaire, à des produits spécifiques, ou bien de permettre aux entreprises qui fonctionnent encore de continuer à tourner : approvisionnement, fourniture, gestion des stocks etc. Les enjeux du BtoB comme du BtoC se retrouvent propulsés en première ligne.

« Tant que les sociétés de livraison continuent de livrer la marchandise à nos clients, nous pouvons tout à fait continuer de proposer nos produits à la vente en ligne. » souligne Laurent, CEO de l’entreprise TECPLAST, fabricant et Importateur de bâches et sacs à Challes les Eaux et fournissant plus de 50.000 clients dont 6000 professionnels. Grâce au stock achetable directement en ligne, les magasins peuvent continuer à générer du chiffre d’affaire en limitant les contacts humains comme demandé pour ces prochaines semaines.

Une égalité entre les entreprises avec le eCommerce ?

S’en sort alors une interrogation valable : certains disent que les géants du web s’en frottent les mains au profit des commerçants de quartier qui ne se relèveront jamais de cette crise. Quid ?
Mais il n’y a pas QUE les géants du web qui vivent sur internet ! Le eCommerce est présent dans de nombreuses boutiques, même des boutiques de proximité. Notons la plupart des magasins de proximité bio par exemple, qui vous permettent de faire vos courses en ligne, certaines boulangeries qui vous proposent de réserver votre pain derrière un écran afin de ne pas dévaliser les étales en achetant 30 baguettes d’un coup et en créant une pénurie pour les clients derrière vous. Bref, le eCommerce est accessible pour TOUS les commerçants, à condition d’être quelque peu organisé.

Un changement de comportement profond pour l’après-crise Covid-19 ?

Si le système reste fragile étant donné cette situation soudaine à laquelle personne n’était préparé, ce modèle de vente est le seul qui fonctionne encore presque normalement. Ce qui soulève une interrogation : comment cela fonctionne-t-il ? Cette crise sanitaire va-t-elle profondément changé les comportements d’achat et permettre de favoriser définitivement le eCommerce par rapport au commerce traditionnel ? L’après crise sera t elle décisive concernant les comportements d’achats des citoyens ?

Certaines entreprises, momentanément à l’arrêt ou particulièrement au ralenti, affaiblies par cette crise, se voient déjà créer une présence future sur le Web :

“On ne sait pas de quoi sera fait demain, il faut savoir s’adapter vite, avec son temps et les comportements d’achat actuels et futurs de ses clients. En tant qu’ indépendants, si nous voulons survivre, nous devons nous adapter, pas le choix. C’est sûr, en ces temps de crise, les gens ne devraient commander en ligne que ce dont ils ont réellement besoin, car ils exposent les livreurs et les préparateurs de leur colis. Mais pour l’après, ils garderont peut être cette nouvelle habitude de passer directement par internet… C’est pour ça que l’on s’est dit qu’il serait peut être bien d’avoir un site.” confie Brigitte, gérante d’une boutique de proximité à Annecy-le-vieux.

Vendre en ligne, en pratique, qu’est ce que cela implique ?

En tant qu’Agence Web, nous avons eu, ces derniers jours, beaucoup de demandes concernant l’élaboration d’un site eCommerce, comment cela se passe-t-il, combien cela peut-il coûter, quelle organisation au sein de la société cela demande-t-il…
Nous répondons bien évidemment à toutes vos questions, pour tout type d’entreprise. Vous pouvez nous écrire à l’adresse contact@asdoria.com. Mais nous avons également, depuis toujours, une page qui serait aussi susceptible de répondre à quelques unes de vos questions concernant le eCommerce, c’est pourquoi, nous vous invitons aujourd’hui à la lire, si elle peut vous rendre service et élucider quelques-unes de vos interrogations.

Que ce soit pour de simples demandes, des conseils, toute l’équipe est encore opérationnelle, mais depuis la maison. Vous pouvez nous contacter via le mail ci-dessus, ou bien sur les réseaux. Nous continuons également, pour nos clients actuels de maintenir à jour vos bases de données, d’entretenir vos sites en gérant la maintenance normalement.

Prenez soin de vous, et restez chez vous.

Posted by Julie Sébille